[Review] Egregor : Le Souffle de la Foi – Tome 4

[Review] Egregor : Le Souffle de la Foi – Tome 4

Bonjour à tous chers protecteurs ! J’espère que vous vous portez bien et que vous continuez à faire attention à vous, la crise sanitaire que nous avons vécu ces derniers mois n’est pas terminée ! Néanmoins, nous ne sommes pas là aujourd’hui pour ressasser notre quotidien quelque peu ébranlé mais pour parler d’un titre que j’affectionne beaucoup publié par Meian. Si vous nous suivez depuis un moment, vous devez savoir que nous réalisons régulièrement des reviews dédiés au catalogue de cet éditeur qui propose des titres ambitieux et novateurs tels que l’impressionnant Kingdom ou Jormungand !

Cette fois, nous abordons Egregor, un manga aussi prenant qu’original à l’équipe créative multiculturelle. Scénarisé par un Français, Jay Skwar de son pseudonyme, le titre est dessiné par Kim Jae Hwan, un dessinateur Sud-Coréen particulièrement habitué aux titres médiévaux fantastiques puisqu’il a notamment officié sur des mangas tirés de la licence Warcraft.

Après ce bref rappel, passons plus concrètement à la review du quatrième tome d’Egregor : Le Souffle de la Foi !

Comme d’habitude chez Meian, quelques pages en couleur ouvrent le tome. En plus de souligner la qualité de l’édition, elles viennent rafraîchir la mémoire des lecteurs avant de les laisser pleinement se replonger dans l’aventure. Ici, ce sont la carte du monde, l’emplacement des personnages sur celle-ci et une piqûre de rappel succincte concernant l’identité de chacun des personnages principaux qui délivrent toutes les ressources nécessaires pour se souvenir comme il se doit des événements passés avant d’en découvrir la suite.

La carte du monde d’Egregor.
Petite présentation des personnages, ce qui est fort utile à un stade où le nombre de personnages devient assez conséquent !

À l’issue du tome 3, les personnages du manga étaient restés dans une situation plus que délicate. En effet, les égides avaient compris que l’assaut sur Waldgarth n’était qu’une diversion provoquée pour les pousser à quitter leurs postes afin de rejoindre et de protéger leurs villes respectives. L’attaque stratégique, que quelques protecteurs en mauvaise posture tente de contenir, a lieu. Défendue par les quelques gardes restés sur place, la capitale du comté d’Hurstland risque de tomber aux mains des ennemis sans le pouvoir des égides pour les épauler. Malgré tout, les guerriers présents s’élanceront à corps perdus dans la bataille dont l’issue semble courue d’avance…

En plus de cette confrontation armée peu encourageante pour les protagonistes, les villages et les villes dépourvues de leurs égides ont déjà subi de lourdes pertes. À cela s’ajoute une découverte alarmante assombrissant encore davantage le tableau : des agents dormants des faucheurs sont déjà implantés dans les villes et capitales depuis longtemps, vraisemblablement nichés dans les hautes sphères du royaume…

Les égides, de retour dans les villages dont ils avaient la responsabilité, se retrouvent pour certains confrontés à de véritables charniers. Face à ce spectacle macabre, certains perdent toute envie de combattre, rongés par la culpabilité et par un inextinguible sentiment d’impuissance. D’autres décident de se relever et de retourner à Waldgarth pour y combattre. Histoire de frustrer momentanément le lecteur mais surtout de continuer à lui donner envie de lire la suite, l’état dans lequel ces protecteurs retrouveront la cité assaillie sera révélé dans le prochain volume d’Egregor, visiblement dédié à Hatal !

Comme à l’accoutumée, le Journal de Foa, mis à disposition en ligne par Meian, continue de s’étoffer au fur et à mesure de la sortie des tomes. Foa nous y raconte son évolution et son histoire après la terrible moisson qui a frappée son village natal ! Sans être indispensable pour comprendre l’histoire principale, ce document annexe et évolutif constitue un prolongement cohérent et appréciable de cet univers.

Ceci étant dit, j’ai malheureusement l’impression que cela fait déjà deux tomes que l’histoire ne se focalise plus que sur la bataille de Waldgarth, au point de ne pas comprendre la direction que souhaite emprunter les auteurs pour leur récit. Et même si l’action reste toujours au rendez-vous et graphiquement bluffante, elle ne permet pas d’estomper totalement cette petite appréhension pour la suite du manga. Celle-ci devrait disparaître, au moins à court terme, puisque le prochain tome se concentrera sur Hatal et sa vie à la guilde des Arcanes, c’est-à-dire loin de la région de Waldgarth et du massacre qui y fait rage. Espérons néanmoins que l’équipe créative saura apporter à l’arc narratif actuel un dénouement à la hauteur du conflit actuellement vécu par les personnages, marqué par l’infériorité numérique face aux Faucheurs et par leurs nombreuses victimes. Pour autant, ce quatrième tome représente une lecture agréable grâce à son rythme soutenu et aux illustrations phénoménales de Kim Jae Hwan.

Je ne peux m’empêcher de vous proposer d’admirer par vous-même la qualité incroyable des planches ci-dessous ! Kim Jae Hwan est vraiment un artiste incroyable, son style se démarque singulièrement des styles habituellement utilisés dans les mangas. L’artiste fournit des planches sanglantes, retranscrivant à merveille la brutalité omniprésente de ce tome 4. Les corps, les visages, les décors, tous les éléments graphiques profitent d’un niveau de détail mirobolant qui saura assurément conquérir la majorité des lecteurs, y compris les plus réfractaires de prime abord aux illustrations numériques.

Au final, ce tome 4 se démarque par son ambiance tragique, rappelant le début d’Egregor. Le lecteur y suit des soldats en très mauvaise posture, luttant au péril de leurs vies contre des adversaires impitoyables afin de défendre la capitale. Toutefois, en dépit de son atmosphère pesante pour les protagonistes, force est de constater que le manga s’enlise dans cette bataille qui traîne un peu en longueur. Cela n’empêche pas cette dernière d’avancer, même si son dénouement et ce qui viendra ensuite restent flous. Heureusement, les prochains tomes s’annoncent centrés sur des personnages différents, extérieurs à la bataille de Waldgarth. Le prochain tome par exemple devrait s’intéresser au personnage de Hatal et s’éloignera provisoirement des évènements tragiques qui se déroulent dans la cité assiégée ! Visuellement, Kim Jae Hwan en met une fois de plus plein les yeux avec son trait proche des canons occidentaux, dépeignant l’intrigue dans un style et assez gore, prenant et cohérent avec l’intrigue. Bref, Egregor constitue encore une lecture plaisante et palpitante en dépit de la lassitude qui commence à doucement s’installer. Une brève pause loin de la bataille avant de replonger de plein fouet dans sa brutalité ne pourra faire que du bien au scénario et au lecteur !

Et voilà, cette review est désormais terminée ! J’espère qu’elle vous a plu. N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez d’Egregor, faites-nous part de votre ressenti vis-à-vis de la bataille de Waldgarth et de ce que vous attendez des prochains volumes ! À très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.