[Review] Kingdom tomes 11 & 12

[Review] Kingdom tomes 11 & 12

Salut vous ! Aujourd’hui, tenez-vous bien, je vais vous parler de Kingdom ! Incroyable n’est-ce pas ? Blague à part, notre dernière review, concernant les tomes 9 et 10, remonte à plus d’un mois. Il est donc grand temps de continuer à rattraper notre retard sur le manga édité en France par Meian et de découvrir la suite des aventures de Shin et d’Ei Sei !

Le tome 10 marquait la fin d’un acte en modifiant le statu quo d’une partie des personnages. Certains partaient en effet pour se former et devenir plus forts dans ce tome, tandis que d’autres décidaient de poursuivre leurs objectifs personnels : Shin demanda de l’aide à Ouki pour l’entraîner, tandis que Ten rejoignit au même moment une école de stratège. Nous avions également vu Kyoukai partir se renseigner pour accomplir sa future vengeance et Ei Sei subissant l’invasion “pacifique” du chancelier Ryo dans son palais. Yasuhisa Hara conduit donc très habilement ses personnages petit à petit vers des sous-intrigues au potentiel évident, permettant de les développer davantage individuellement et d’assurer un intérêt constant pour la suite du manga.

Toutefois, ce qui démarre dans ce tome 11 est d’une bien plus grande envergure ! En effet, Qin, confiant, envoie une très grosse armée sur le pays de Han et s’enfonce loin dans le pays. Ei Sei, le chancelier Ryo et leurs collaborateurs ne s’attendaient absolument pas à ce qu’un pays censé être dépourvu de grands généraux et d’une armée organisée puisse les attaquer alors qu’ils se trouvent sans défense sur ce front du pays ! Le pays de Zhao, contre toute attente, a retrouvé des forces et profite de ce moment de faiblesse pour les attaquer. Une armée de Qin va être formée avec les moyens du bord, composée des survivants de la guerre précédente, de paysans et de villageois en tout genre. Elle devra faire face à cette invasion inattendue ! Shin se retrouve à la tête d’une armée de 100 hommes, tandis que Ouki, qui a des affaires à régler avec le pays de Zhao, offrira son aide en tant que général de cette armée improvisée. L’armée de Qin pourra également compter sur Moubu, nommé général pour l’occasion. Il est très clair que la guerre débutée dans ce tome 11 constitue un événement majeur de Kingdom et qu’elle durera dans de nombreux tomes du manga !

Le tome 12 commence là où s’achève le précédent. Les combats s’intensifient et ne tournent pas vraiment à l’avantage de Qin. En effet, les pertes sont lourdes dans toutes les unités de l’armée de fortune. Ouki espère beaucoup sur la réussite d’une mission des plus dangereuses commissionnée à l’unité de Shin, nommée d’ailleurs la Hi Shin, que l’on peut traduire par “La Flèche”, à savoir prendre la tête d’un général de l’armée de Zhao !

Shin et un morceau de son unité Hi Shin !

Shin finira même par couvrir son nom et celui de son unité de gloire, mais ce succès ne sera finalement qu’une malheureuse goutte d’eau dans la terrible guerre en cours, guerre qui continuera bien évidemment dans les tomes à venir ! Véritable moment charnière du manga, elle ne semble pas prête de s’arrêter de sitôt ! Ces deux tomes marquent irrémédiablement le début d’un arc et d’une bataille capitale pour l’avenir de nos héros et celui de Qin.

Yasuhisa Hara nous propose avec ces deux tomes moins d’action qu’à l’accoutumée au profit de batailles rangées, calculées, au sein desquelles la stratégie prime sur quasiment tout le reste. L’auteur nous prouve une fois de plus qu’il dispose d’une vraie érudition en matière de guerre pour renforcer la cohérence de son œuvre. Il s’est vraiment renseigné sur son sujet afin de proposer une merveilleuse réécriture historique de la période des Royaumes combattants en Chine.

Le mangaka continue de rendre honneur à ses personnages et à son intrigue par ses dessins. Il confère à chaque scène la tonalité adéquate, ce qui permet de dynamiser le récit et de le rendre aussi passionnant que crédible. Les anciens personnages continuent d’être glorifiés par des scènes épiques, tandis que les nouveaux profitent de designs et de postures imposantes. La menace que représente Houken se ressent dès sa première apparition !

De tome en tome, le lecteur occidental comprend de mieux en mieux pourquoi ce manga rencontre un tel succès au Japon ! L’auteur place ses pions au fur et à mesure, en distillant de nombreuses sous-intrigues, qui gagneront vraisemblablement en importance, au sein d’un récit et d’enjeux plus englobants. Ainsi, le lecteur est tenu en haleine par les événements majeurs qui lui sont proposés et souhaite, par la suite, en apprendre davantage sur les personnages qui y participent. L’équilibre trouvé entre action et caractérisation, entre combats déterminants et récits intimistes donne sans cesse envie de découvrir la suite de l’intrigue !

Bref, merci encore à Meian de publier une telle série et de vous en faire profiter grâce aux concours que nous organisons sur Twitter ! Restez à l’affût pour le prochain et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.