[Review] Kingdom tomes 13, 14 & 15

[Review] Kingdom tomes 13, 14 & 15

Hello les gens ! J’espère que vous allez tous bien ! Vous l’avez remarqué, nous continuons d’explorer l’univers de Kingdom avec cette review portant sur les tomes 13, 14 et 15 de ce manga que j’apprécie tout particulièrement depuis que je l’ai découvert ! En même temps, si ce n’était pas le cas, cela fait longtemps que vous n’auriez plus entendu parler de l’oeuvre de Yasuhisa Hara sur le blog… Bref, commençons !

L’histoire du tome 13 commence par les dernières pages du tome 12 pour replonger le lecteur directement dans ce moment de gloire et d’héroïsme de Shin et de son unité ! Grâce à cet acte valeureux, l’armée de Qin sous l’ordre d’Ouki et de Moubu reprend espoir et réussit même à mettre en déroute l’armée de Zhao, contrainte de battre en retraite. Enfin c’est ce qu’ils croient, un pressentiment d’Ouki lui faire comprendre qu’un plan de plus grande envergure se trame derrière cette retraite de Zhao obtenue un peu trop facilement… L’armée de Qin, après avoir stoppé sa course-poursuite pour la nuit, se retrouve finalement face à un ennemi bien plus puissant que tout ce à quoi ils ont été confrontés jusqu’à maintenant… Cet ennemi se révèle être Houken qui, combattant seul, viendra à bout de nombreux soldats de Qin, et viendra même affronter Shin et Kyoukai.

Ce 13ème volume proposera un équilibre intéressant entre stratégie militaire, combats rangés et affrontements en plus petits comités, il ira même jusqu’à proposer des duels. Yasuhisa Hara offre une fois de plus à ses lecteurs un tome ingénieux s’achevant sur un cliffhanger très intéressant, contenant son lot d’informations et de révélations qui seront probablement importantes pour le futur de notre héros Shin !

Le tome 14 plonge le lecteur dans le feu de l’action du combat opposant Kyoukai et Shin à Houken ! Dans cet affrontement dantesque, Houken, qui semble tout simplement invincible, pourrait bien avoir l’ascendant sur les protagonistes. Néanmoins, même si nos héros parviendront tout de même à entailler leur adversaire, cette éraflure restera très insuffisante s’ils veulent en venir à bout ! L’unité Hi Shin subira à nouveau de lourdes pertes, au point de devoir battre en retraite face aux forces de Mangoku. Alors qu’il semble impossible de se sortir de cette posture plus que délicate, nos héros finiront par être sauvés in extremis par Ouki, prouvant une fois de plus par la même occasion sa puissance démesurée ! Dans le même temps, Moubu et Ryugoku attaquent de flanc le quartier général ennemi, où se trouvent toutes les forces restantes de Zhao, mais également Houken ! Des moments très forts en émotion viendront ponctuer ce tome !

Ce dernier s’avère d’ailleurs être l’un de mes tomes préférés jusqu’à maintenant. Il dispose de nombreuses qualités inhérentes à la série et comporte énormément de moments mémorables pour les fans du manga. Yasuhisa Hara signe ici encore une fois un tome d’une qualité exceptionnelle, je suis sans arrêt surpris par les nombreux rebondissements de l’histoire. Le mangaka continue de se surpasser d’un tome à l’autre, tout en menant son récit d’une main de maître.

Le tome 15 se retrouve lui aussi placé sous le signe de la surprise et des twists ! Moubu, aveuglé par sa rage et son envie de combattre, réquisitionne ses troupes et celles de Ryugoku afin de poursuivre Houken dans le but de le tuer et de prouver sa valeur. Houken, qui paraît toujours aussi intouchable, mènera les troupes de Ryugoku et de Moubu tout droit vers de nombreux pièges. Ces dernières se retrouveront donc acculées contre une falaise sans aucune porte de sortie. Ouki entrera alors en scène avec le reste de l’armée afin de mener la dernière grande bataille.

Le combat fait rage et le dénouement de cette bataille entre Zhao et Qin approche à grands pas. Le duel de la vengeance entre Houken et Ouki commence. De vieilles rancunes datant de neuf années en arrière se règleront à travers cet affrontement. Tous les yeux sont rivés sur eux, car ce combat pourrait bien mettre fin à la guerre ! Néanmoins, c’est sans compter sur la future intervention d’un personnage resté mystérieux jusqu’alors, Riboku. Malheureusement pour nos héros, il s’agit là d’un nouvel ennemi de taille pour l’armée de Qin.

Yasuhisa Hara prouve une fois encore l’efficacité de son écriture. L’auteur sait parfaitement où il va, sans jamais s’égarer dans des événements superflus et inutiles. Certains lecteurs pourront peut-être trouver que le récit avance lentement. Personnellement, je considère qu’il s’agit du temps nécessaire pour développer les différentes intrigues et les stratégies militaires, en plus de développer le background des personnages via des flashbacks indispensables pour comprendre leurs motivations ! Sans cette alternance entre action et narration, Kingdom ne serait qu’une succession insipide de mêlées générales.

Cette bataille, se déroulant au cours des trois tomes traités, s’articule très fortement autour de la rivalité existante entre Houken et Ouki. Il est très intéressant d’en apprendre plus sur ces deux personnages tout au long de cette guerre ! Pour ce qui est des dessins, j’admire toujours autant le talent déployé par Hara pour représenter l’impression de puissance qui se dégage des personnages. Souvent, ils paraissent être des géants voire des surhommes. Les combats opposant ces personnages hors normes se révèlent très souvent remarquables et impressionnants par leur dynamisme et leur violence ! Il m’était difficile d’adhérer totalement au style de Yasuhisa Hara lors des premiers tomes, mais force est de constater que ses dessins se sont largement améliorés depuis les débuts de Kingdom. Je me surprends même à trouver classes des personnages qui disposent pourtant de visages assez caricaturaux comme Ouki, un personnage bien plus profond qu’il n’y paraît. Il s’avère être blessé, tourmenté mais aussi et surtout terriblement puissant !

Et voilà c’est tout pour moi ! J’espère que vous aurez apprécié cette critique des tomes 13, 14 et 15. N’hésitez pas à venir en débattre avec nous dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux ! J’en profite également pour remercier une fois de plus les éditions Meian, qui nous font confiance depuis le début de leur aventure et qui continuent de proposer des parutions d’une grande qualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.