[Review] Kingdom tomes 16, 17 & 18

[Review] Kingdom tomes 16, 17 & 18

Hello les jeunes ! Une fois encore, nous continuons de rattraper notre retard sur Kingdom en découvrant la suite des aventures des héros du manga de Yasuhisa Hara ! Les tomes 13,14 et 15 nous rapprochaient encore un peu plus du dénouement de cette terrible guerre entre Qin et Zhao. En plus de profiter de l’excellence constante du récit imaginé par le mangaka, cette triple lecture nous avait accessoirement permis de rattraper petit à petit notre retard sur les sorties de Meian ! Et heureusement d’ailleurs, car j’ai déjà reçu les tomes 19, 20, 21 et 22 ! Quoi qu’il en soit, je peux annoncer fièrement que nous réussissons quasiment à enfin recoller à l’actu Kingdom !!!! 😀

Mais cessons de parler de nos futures lectures et intéressons-nous aux tomes 16, 17 et 18 de Kingdom. D’entrée de jeu, je peux vous dire que ces tomes marquent un véritable tournant dans l’histoire puisqu’un évènement très marquant s’y déroule !

Le tome 16 reprend sur le face-à-face entre Houken et Ouki. Au-delà des combats effrénés, le lecteur comprend enfin pourquoi cette rivalité date depuis si longtemps ainsi que les raisons qui poussent Ouki à prendre cette histoire très au sérieux. Des précisions sur la mort de Kyou neuf ans auparavant sont également apportées au sein de ce tome. Kyou, en plus d’être une très grande combattante au point d’avoir été nommée sixième grand général de Qin, la jeune femme se destinait à épouser Ouki. Elle se révèle aussi être l’un des enfants du roi Sho, le monarque de Qin ! Alors qu’un avenir radieux et heureux semblait se profiler pour elle, Kyou fut battue et tuée lors de son affrontement contre Houken, durant lequel Ouki, dans un élan de rage, lacéra le visage de l’assassin de sa promise et le laissa pour mort.

Le combat entre les deux hommes continue de battre son plein inexorablement. Pendant ce temps, Tou achève son plan d’anéantissement du quartier général de Zhao et exécute même leur stratège, Chôsou. Malheureusement, Riboku, l’un des trois grands cieux de Zhao, intervient avec une armée gigantesque pour contre-carrer la percée de Tou. Gika, l’un de sujets de Riboku, coupe court à ce duel de titans en tirant une flèche en leur direction.

L’armée de Qin, avec son général gravement blessé, se voit contrainte d’accepter sa défaite et de battre en retraite. Un évènement crucial s’y produit comme dit plus haut. Ce dernier constitue un pivot capital pour la suite du manga ! Ce tome 16 marque la fin de la bataille titanesque entre Zhao et Qin mais contient également la disparition d’un personnage que je commençais à apprécier énormément. Surprenante, elle intervient au parfait moment pour impliquer émotionnellement le lecteur !

Houken VS Ouki

L’auteur, toujours aussi virtuose, parvient à renouveler son histoire en la dirigeant vers une direction tout à fait inédite. L’armée de Qin se retrouve privée de son plus grand général et d’une grande partie de ses unités, décimées lors de cette guerre meurtrière. Le pays s’en voit grandement affaibli, ce qui constitue une aubaine pour tous ses ennemis. En bouleversant le statu quo, Yasuhisa Hara procède à un éclatement de la prestance de ses protagonistes pour les montrer plus vulnérables que jamais. Après avoir élevé ses personnages au rang de héros valeureux, les voilà de nouveau dans une situation plus que délicate, surtout que le chancelier Ryo tient toujours Ei Sei et Qin sous son joug ! Ce même chancelier en profite pour continuer ses manigances, machinations qui seront d’ailleurs au cœur du tome 17.

Une année seulement après la bataille, Riboku est forcé à cause d’un stratagème du chancelier Ryo de se rendre à Kanyou puisqu’il doit sauver un sujet important aux yeux du roi de Zhao. Le chancelier obtient une alliance, mais aussi une des villes fortifiées les plus impressionnantes de Zhao à la suite de négociations. Riboku se voit donc obligé d’accepter le deal de Ryo sous peine de perdre sa tête et de ne pas pouvoir ramener le sujet si important pour le roi !

Ei Sei semble toujours subir la monopolisation du pouvoir par le chancelier Ryo. Toutefois, il attend patiemment, sans mot dire, son couronnement lors de sa majorité pour reprendre les rênes de Qin ! Cet évènement charnière n’arrivera malheureusement que dans 5 ans ! Ei Sei demande alors à Shin d’essayer de se hisser au rang de général dans ce temps imparti afin de pouvoir devenir son bras armé. C’est ainsi que débute la quête de gloire de l’unité de 300 hommes Hi Shin ! En plus de la requête de son ami, Ei Sei cherche à renforcer son camp en nouant des alliances qui pourraient lui permettre de reprendre le dessus sur le chancelier.

Ce tome 17 fait souffler un vent de fraicheur sur la série ! De nouvelles rivalités naissent, Shin se rend compte qu’il a de sérieux rivaux au sein même de l’armée de Qin, qui cherchent, exactement comme lui, à se hisser dans les hauts rangs de la hiérarchie militaire ! L’auteur plante un tout nouveau décor et munit Shin et son unité d’un nouveau but à atteindre. En plus de redéfinir certains personnages déjà existants, le mangaka introduit également de nouveaux personnages, comme Ouhon, un héritier de la famille d’Ouki, ou Mouten, le fils ainé de Moubu ! Ces deux jeunes, également chefs d’unités de 300 hommes, se confronteront à Shin avec un même désir d’être promus avant lui. Cette rivalité naissante promet de s’exprimer de manière très violente dans la suite de l’histoire ! C’est dans cette atmosphère de tensions que nous en arrivons au tome 18, le dernier abordé dans cette triple critique !

Ce tome 18 s’ouvre directement sur des flashbacks de l’époque où Ei Sei et sa mère vivaient à Zhao. Ils permettent de se rendre compte du niveau de cruauté qu’elle pouvait mettre en oeuvre à son égard. Elle est maintenant la reine du harem, la troisième grande faction de Qin, avec laquelle Ei Sei voudrait s’associer afin de vaincre la faction du chancelier Ryo. Malheureusement pour lui, un terrible secret menace cette alliance illusoire ! Shin, quant à lui, se retrouve sous les directives du Général Mougou afin d’envahir l’état de Wei. Aux côtés des unités d’Ouhon et de Mouten, les trois guerriers entretiennent une véritable rivalité lors de la prise des trois premiers château de Wei ! Shin en viendra même à s’opposer à un commandant de 1000 hommes de l’armée auquelle il appartient pourtant à cause de son sens de la justice trop prononcé et malgré les risques auxquels il s’expose. Bien heureusement, Mouten qui éprouve malgré tout une grande sympathie pour Shin, use de ses relations pour éviter sa pendaison ainsi que celle de toute son unité. Dans la dernière partie de ce tome 18, le nouvel ennemi majeur du manga que devront vaincre nos protagonistes se présente. Il s’agit de Renpa, un ancien des trois grands cieux de Zhao ayant rejoint l’armée de Wei ! Évidemment, il ne s’agit là que d’un des grands opposants à venir pour l’armée de Qin !

Le Grand général Renpa, la future grande menace !

Ce tome 18 alterne fluidement entre les intrigues politiques mêlées à de sombres secrets du côté de la capitale de Qin et l’invasion en cours de l’état de Wei où se trouve Shin et toute son unité ! Ce tome propose donc son lot de manigances et de trahisons dans une ambiance proche de Game Of Thrones. Cette atmosphère, assez peu exploitée dans le reste du manga, s’avère être une agréable surprise que j’ai apprécié ! Je suis d’ailleurs très fan de l’un des personnages apparaissant dans ces derniers tomes, à savoir Mouten, un personnage aussi fort qu’intelligent et faisant preuve d’énormément d’empathie ! Cette bienveillance le rend, à mes yeux en tout cas, très attachant.

Mouten menant une attaque lors du tome 18

Comme toujours, le niveau des dessins ne régresse pas. Les illustrations restent de haute volée ! Yasuhira Hara parvient constamment à retranscrire des moments forts emplis d’émotion grâce à ses traits. Les visages sont toujours croqués avec un style unique que j’ai fini par apprécier au fil des tomes de Kingdom. D’autant que la qualité n’a cessé de se parfaire depuis les premiers tomes !

Ces trois tomes font monter d’un cran supplémentaire l’intensité des tensions, de l’émotion et de l’action du manga de Yasuhira Hara ! L’auteur parvient, grâce à un renouveau surprenant et maîtrisé, à revitaliser sa série ! Avec un éclat toujours aussi flamboyant, le mangaka fait apparaître de nombreux nouveaux personnages qui se révèlent intéressants en plus de promettre des rebondissements d’envergure pour la suite des aventures de nos héros ! L’assurance de Yasuhira Hara se traduit par la mort justifiée et mémorables de personnages très appréciés des fans. Le tout reste sublimement mis en images. Kingdom reste donc un sans-faute près de vingt tomes après son commencement !

Il me tarde de découvrir la suite de Kingdom et de vous en parler ! Encore une fois, nous rattrapons petit à petit notre retard grâce à Meian et bientôt, nous pourrons parler des tomes 19, 20, 21 et 22 que je viens tout juste de recevoir ! A très vite donc. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.