[Review] Kingdom tomes 27, 28, 29 et 30

[Review] Kingdom tomes 27, 28, 29 et 30

Hello les djeun’s, j’espère que vous allez bien ! Comme souvent, je continue de découvrir et de vous parler du manga Kingdom, qui reste un gros coup de cœur au fil des tomes depuis maintenant trente tomes. Et oui, j’évoque aujourd’hui les tomes 27 à 30 de l’œuvre de Yasuhisa Hara. Déjà ! J’en profite pour remercier une nouvelle fois Meian de nous faire confiance en nous fournissant des volumes de Kingdom à vous faire gagner mais aussi et surtout de publier ce manga du feu de dieu !

Pour vous resituer où nous nous étions laissés, le tome 26 s’achevait au cœur d’une énorme bataille entre la coalition et l’armée de Qin, impliquant la plupart des personnages les plus importants rencontrés jusqu’à présent dans le manga ! Avec un tel cliffhanger, vous dire que j’attendais la suite avec impatience serait un euphémisme. Il est donc plus que temps d’en parler avec vous !

Le tome 27 s’ouvre par la confrontation tant attendue, opposant l’armée de Duke Hyou, accompagnée par Shin et la compagnie Hi Shin, à l’armée de Zhao, que nos héros avait déjà affronté et contre laquelle ils avaient perdu ! Le duel avorté entre Mangoku et Shin constitue cette fois l’essentiel du tome. La détermination de Mangoku pour affronter le protagoniste puise dans sa profonde rancœur envers Qin. Un flashback expose l’affront sanglant subi par les troupes de Zhao des années auparavant, à l’origine de la soif de vengeance du guerrier et de ses compagnons. Tous perdirent des proches au cours de ce guet-apens déloyal et comptent bien obtenir justice par eux-mêmes. Compte tenu des circonstances, l’issue du duel ne pourra être qu’assez violente…

Du côté de l’armée de Chu, une nouvelle générale fait son apparition : Karin, une femme gigantesque qui n’hésite pas à sacrifier ou à tuer sans le moindre remord les troupes qu’elle juge décevantes. Ce personnage inflexible incarne indubitablement la future menace de Kingdom tant il s’accapare toute l’attention dans les dernières pages du tome 27. Ce dernier s’achève sur la décision prise par Riboku qui risque bien de faire basculer le conflit armé en sa faveur après quinze jours de bataille.

Ce plan a priori parfait ne soupçonnait pas la surprise tactique qui ouvre le tome 28 ! En réalité, Moubu devança Riboku en lançant l’offensive avant l’armée de Chu. Sa décision paraîtra précipitée et irraisonnée aux yeux de tous. Alliés comme ennemis le voit alors comme un fou, le prennent pour un bourrin sans cervelle, mais il n’en est rien ! Moubu tente une stratégie périlleuse et risquée avec cette manœuvre qui pourrait s’avérer payante. Face à cet ordre, Tou adapte la position de ses troupes en plaçant Mouten et Ouhon à la défense des flancs de son escadron. Ensevelie sous une avalanche d’assauts, cette partie de l’armée se retrouve complètement paralysée et n’a d’autre choix que de prendre son mal en patience en attendant d’éventuels renforts.

La bataille suit son cours. L’armée de Wei, quant à elle, continue de faire pression sur la porte de Kankoku. Elle parvient même à dépasser ce point stratégique menant vers Kanyou, la capitale de Qin, ce qui déstabilisera grandement l’armée de l’état ainsi que les trois généraux chargés de sa défense. Impuissants face à cette percée, Kanki l’ancien bandit et son comparse Chouto, échafaudent urgemment un plan. Avec une poignée d’hommes à leurs côtés, ils quittent leur poste et opèrent une sortie en toute discrétion dans le but de faire tomber un QG ennemi, celui de l’État de Han. Le criminel repenti démontre une nouvelle fois que son intelligence pourrait le distinguer de bien d’autres personnages dans le futur de Kingdom.

A la cour royale, les décisionnaires et Ei Sei s’inquiètent du déroulement des batailles, au point de douter de la fidélité d’Ousen envers l’État de Qin ! Et encore, ils ne savent pas que ce même Ousen a déserté le champ de bataille où il affrontait l’armée de Yan, laissant ainsi le loisir à cette armée d’avancer dans les montagnes en direction de Kanyou ! Le volume 28 se clôt sur ce doute accablant, n’arrangeant en rien la position délicate dans laquelle se trouve l’armée de Qin au sein de ce conflit d’envergure.

Le mangaka ne cède pas au manichéisme au cours de son récit et n’hésite pas à mettre à mal le camp des héros ! Ainsi, il rend ses batailles vraisemblables et souligne la dangerosité de tous les fantassins impliqués dans cette guerre. Reste à voir si leur situation s’améliorera dans le tome 29…

Au début de celui-ci, Karin continue de placer ses pions sur le champ de bataille pendant que le combat fait rage entre les régions de Qin et de Chu. Ce tome s’avère d’ailleurs presque exclusivement dédié à ce combat dantesque ! Mais avant d’y assister, le lecteur retrouve l’armée de Yan dans sa progression au cœur des montagnes, à la poursuite du fuyard Ousen. L’excès d’orgueil du bataillon de Yan face à ce supposé acte de lâcheté se retournera finalement contre lui. Pensant acquérir un prisonnier politique de choix, le régiment tomba dans une embuscade machinée par Ousen !

Comme à son habitude, l’ingénieux stratège disparut après la réussite de son piège ayant contraint l’armée de Yan à battre en retraite, probablement pour mieux revenir une nouvelle fois.

Après ce moment de stratégie militaire, la suite du tome 29 axe son récit vers de l’action pure grâce à la rixe opposant Chu et Qin ! Diverses informations enrichissent le background de certains personnages, comme Kanmei, le général en chef de l’armée de Chu, dont les faits d’armes passés évoqués au cours de la bataille mettent en lumière sa force monstrueuse ! L’application du plan audacieux de Moubu, prenant la forme de différentes charges chirurgicales en échelons de son armée, renverse miraculeusement le combat à l’avantage de l’armée de Qin.

L’armée de Moubu chargeant en échelons !

Avec ses 5000 hommes restants, Moubu s’engouffre dans la brèche qu’il a réussi à créer dans la défense de son adversaire. S’en suit alors une lutte monumentale entre les deux hommes les plus forts de Chine ! Je vous donne peut-être l’impression d’exagérer mais cet affrontement, plein de brutalité et de testostérone, se caractérise vraiment par son intensité extraordinaire. A mon sens, il s’agit même d’un des combats les plus notables et des plus titanesques que Kingdom ait pu délivrer jusqu’à présent ! Bien évidemment, je ne spoilerai pas son issue pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découvrir par vous-même !

La fin du tome 29 remet en scène la terrifiante Karin, étrangement très sûre d’elle concernant la prise réussie de la porte de Kankoku par l’armée de la coalition ! L’assurance dont fait preuve la brigadière n’augure rien de bon pour Shin et ses alliés dans le dernier tome abordé dans cette imposante critique. Pourtant, l’enthousiasme du général de la deuxième armée de Chu se verra subitement contrarié par l’intervention inespérée d’Ousen qui sauvera la porte de Kankoku dès le début du tome 30 ! Grâce à son opération, il force une nouvelle fois l’armée de la coalition à se replier.

Un conseil de guerre se tient en parallèle afin de réfléchir à la suite des affrontements. Toutefois, Riboku manque à l’appel et, avec lui, une portion conséquente de l’armée de Zhao ! Et pour cause, il s’est élancé dans la traversée des montagnes pour contourner une porte bien plus au sud, dans l’optique d’assiéger Kanyou par un autre moyen. Duke Hyou, instinctivement, décida de partir avec l’unité Hi Shin pour ralentir et nuire aux desseins de Riboku. Malheureusement pour eux, leur adversaire dispose d’un atout majeur au sein de son escouade : Houken le bushin. Un combat incroyable éclate entre lui et Duke Hyou, mais ce dernier se terminera de manière surprenamment expéditive…

Pendant ce temps, la défense s’organise à Kanyou. Le roi Ei Sei et Shobunkun apprennent que le chancelier Ryo s’apprête à les trahir et à livrer la ville à la coalition ! Le souverain de Qin décide de réagir en prenant la tête d’une armée de civils positionnée dans la ville de Sai, dernier rempart avant la capitale. C’est sur cette situation désespérée que se termine le tome 30.

Vous l’aurez probablement compris au cours de cette review, l’auteur maîtrise suffisamment les ficelles scénaristiques pour faire saliver le lecteur à chaque fois qu’il termine un recueil de Kingdom !

Cet arc narratif s’impose comme le plus impressionnant, le plus intense et le plus palpitant qu’a accueilli Kingdom depuis ses débuts. Le tome 27 concrétise le combat très attendu entre Mangoku et Shin, pour le plus grand plaisir des fans. De son côté, le tome 28, met à l’honneur l’ancien bandit Kanki en insistant une fois de plus sur son intelligence et son esprit stratège. Le tome 29 se présente comme un concentré d’action pure, mêlant batailles rangées et duel au sommet entre les deux hommes les plus forts de Chine ! Le trentième tome du manga revivifient le stress et le doute qui s’abattent sur ses héros en appuyant la situation critique dans laquelle se trouve la capitale de Qin !

Une multitude de personnages est dorénavant impliquée dans cette guerre, sans savoir qui en sortira vainqueurs, ni même qui y survivra ! Cependant, je me demande où cela peut nous mener. Puisque tous les autres pays de Chine livre une guerre sans merci à l’État de Qin, j’ai du mal à admettre que Yasuhisa Hara puisse continuer de happer son lectorat encore longtemps. Les batailles restent bluffantes même 30 tomes après, il ne faudrait toutefois pas que le mangaka tombe dans la surenchère excessive. Tout ce que j’espère, c’est que l’auteur parviendra à conserver la qualité scénaristique et graphique inhérente à son manga jusqu’alors encore longtemps !

En terme d’action, les tomes 27 à 30 de Kingdom en contiennent toujours énormément, de quoi ravir les fans de batailles resplendissantes et tactiques ! Le combat phénoménalement épique entre Kanmei et Moubu restera assurément gravé dans l’esprit collectif des adorateurs du manga.

Les dessins restent impeccables et servent toujours aussi le rythme des affrontements. Ils continuent même de gagner en majesté et en précision ! Un sentiment saississant de puissance et de dynamisme émane du combat entre Moubu et Kanmei. Les illustrations confèrent même un aspect aérien grisant à cette confrontation de gros bourrins ! Yasuhisa Hara ne cesse de sublimer ses personnages par une utilisation habile de contre-plongées, de les glorifier grâce à des cases consacrées à les dépeindre avec grandeur.

Bref, Kingdom parvient toujours à me surprendre autant, mais pour combien de temps ? Comme je l’ai dis ci-dessus, je vois assez mal comment l’auteur pourra à nouveau nous proposer quelque chose d’aussi gigantesque que le conflit armé national qui se déroule actuellement dans le manga ! Quoi qu’il en soit, je vous retrouverais très vite pour parler de Kingdom et d’autres œuvres. A bientôt !

N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de Kingdom ! Nous serions heureux d’en débattre avec vous dans les commentaires ou sur nos réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.