[Review] Retour Vers Le Futur Tome 1 – Histoires inédites et chronologies alternatives

[Review] Retour Vers Le Futur Tome 1 – Histoires inédites et chronologies alternatives

Pour s’approprier une œuvre appréciée et raconter des histoires inédites dans l’univers de celle-ci, il vaut mieux avoir du courage et un mental d’acier. La tâche s’avère d’autant plus ardue lorsqu’il s’agit d’une création cultissime et vénérée à l’instar des films Retour Vers Le Futur. Intouchable au possible, la pensée même de reproposer des aventures cinématographiques mettant en scène Marty McFly et le docteur Emmett Brown a et sera toujours annihilée dans l’instant par les créateurs de la licence. Néanmoins, Bob Gale et Robert Zemeckis autorisent tout de même d’autres artistes à faire vivre de nouvelles aventures à leurs personnages au travers de médias autres que le cinéma. C’est ainsi que les deux voyageurs temporels les plus connus de la pop culture, bien avant l’arrivée de leurs homologues parodiques dans la série Rick & Morty, ont notamment connu des péripéties vidéoludiques grâce à Telltate Games. Des comic books estampillés Retour Vers Le Futur ont également vu le jour chez IDW Publishing.

Sous la supervision de Bob Gale, les scénaristes Erik Burnham, notamment à l’origine du crossover TMNT/Ghostbusters pour IDW et John Barber, éditeur en chef d’IDW et auteur d’un paquet de titres Transformers pour la firme ou de Spidey’s School Out chez Marvel, se sont entourés d’une myriade d’illustrateurs pour répondre à certaines interrogations laissées en suspens dans les trois films situés à Hill Valley ! Comment Marty et Emmett se sont-ils rencontrés pour la première fois ? Comment le Doc s’est-il procuré la DeLorean ? Qu’a fait le vieux Biff avec l’Almanach des sports avant de parvenir à se créer l’empire dystopique que les fans connaissent si bien depuis le deuxième film ? Toutes ces questions trouvent une réponse dans ce tome de Retour Vers Le Futur – Histoires inédites et chronologies alternatives !

Composé de plusieurs one-shots, ce tome tend à prolonger l’expérience des long-métrages de Zemeckis et Gale en restant le plus proche possible de la chronologie de ceux-ci. De ce fait, je conseille à tous les lecteurs de lire la préface rédigée par Bob Gale himself afin de se rafraîchir rapidement la mémoire concernant les grandes lignes de la chronologie des films Back to the Future. Chaque nouvelle s’imbrique très précisément dans la temporalité de la trilogie, de sorte à pouvoir faire intelligemment partie du canon de la licence.

Puisque certains récits s’intéressent à des événements plus passionnants que d’autres, comme le passé de Doc ou l’un de ses premiers voyages temporels, le plaisir ressenti à la lecture des one-shots varie d’une histoire à une autre. Cependant, la cohérence et le respect de l’œuvre originale qui émanent de ces brèves péripéties sont louables et restent appréciables pour les fans de la première heure. Comme dit précédemment, cette harmonie entre les différentes histoires Retour Vers Le Futur en comics s’explique en partie par la présence de Bob Gale durant la confection de ce premier tome. Les fondements de chaque chapitre proviennent en effet d’un synopsis écrit, intégralement ou en partie, par Bob Gale. Souvent seul, le scénariste a parfois collaboré avec John Barber ou Erik Burnham pour créer les bases d’une histoire. L’amour du cocréateur de la licence pour celle-ci se ressent par son investissement au sein de ce comics. En plus d’aiguiller les autres scénaristes travaillant sur le projet, Bob Gale va même jusqu’à scénariser entièrement le chapitre Emmett Brown voyage dans le futur, l’un des tous meilleurs du recueil.

Si la rigueur scénaristique sert l’intérêt de ce tome de récits inédits et de chronologies alternatives, la trop grande variation de styles graphiques y nuit fortement. Le trait de la plupart des illustrateurs commissionnés sur le projet ne conviennent tout simplement pas pour raconter les aventures de Marty et d’Emmett. Tantôt trop détaillés, comme avec Brent Schoonover, Corin Howell ou Ryan Browne, tantôt trop dépouillés sous les crayons de Chris Madden, les dessins des one-shots peuvent rebuter le lecteur tant ils se révèlent inégaux.

Heureusement, certains artistes trouvent un équilibre satisfaisant entre réalisme et cartoon à l’instar de Dan Schoening, l’illustrateur du crossover TMNT/Ghostbusters. Encore lui, oui, je sais. Marcelo Ferreira s’en sort aussi admirablement avec ses expressions faciales prononcées et amusantes. Son travail a d’ailleurs bluffé Bob Gale et les scénaristes associés au projet puisqu’il deviendra par la suite l’artiste attitré de la série Retour Vers Le Futur.

Mes préférences personnelles se tournent néanmoins vers les pâtes graphiques d’Alan Robinson, qui illustre le comique chapitre Jurassic Biff, et surtout d’Erik Evensen, qui est selon moi le dessinateur qui accorde le plus de soin pour retranscrire les traits caractéristiques de Christopher Lloyd sur papier.

Sans être sensationnel, le travail éditorial réalisé par les éditions Flamival sur ce recueil a le mérite d’être convenable. En plus de la préface de Bob Gale, chaque chapitre se voit précédé d’une illustration et de l’énumération de son équipe créative. De plus, quelques couvertures alternatives complètent le tome à la fin de celui-ci. Les synopsis confectionnés par le scénariste originel de la saga aurait été un ajout non négligeable au comics.

Retour Vers Le Futur – Histoires inédites et chronologies alternatives ne représente pas une porte d’entrée idéale vers l’univers de la licence. S’appuyant sur des dates précises tirées des films et cherchant à combler les vides scénaristiques laissés en suspens dans ces derniers, ce titre s’adresse finalement aux férus de la saga et aux curieux qui souhaitent suivre de nouvelles brèves aventures aux côtés d’Emmett Brown et de Marty McFly. Si l’imbrication maîtrisée de ces histoires au sein des œuvres originales est à saluer, la trop grande dispersion visuelle pourra gêner le plaisir de leur découverte tant certains artistes possèdent des styles disparates, inadaptés au propos. Ce tome résulte en définitif d’un concept intéressant quelque peu entaché par sa disharmonie graphique.

J’en ai fini avec cette review ! J’étais curieux de voir ce que pouvait donner cette extension de la licence BTTF en comics et je n’ai globalement pas été déçu. J’espère que mon avis vous aura plu. Quoi qu’il en soit, je vous donne rendez-vous très bientôt pour de nouveaux articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.