[Review] Spunch Comics Paper

[Review] Spunch Comics Paper

Quelle belle invention que les réseaux sociaux ! Outre le fait de pouvoir prendre des nouvelles de Mamie à n’importe quel moment, ils permettent aussi de découvrir des artistes et de suivre leurs actualités plus ou moins assidûment. C’est ainsi que j’ai redécouvert le travail de Rafchan, que je connaissais essentiellement pour ses fanarts. J’étais donc complètement passé à côté de sa BD Debaser ainsi que du collectif Spunch Comics. Heureusement, un post sauvage sur Facebook m’a permis de saisir l’occasion de profiter d’un rabais sur l’ouvrage dont nous allons parler aujourd’hui : l’artbook Spunch Comics ! Créé en juillet 2012, le collectif publie de manière hebdomadaire et gratuite de nombreuses séries sur leur site. En plus du trio originel, composé de Rafchu, de Nikoneda et de Mosqi, d’autres auteurs ont eu l’occasion de rejoindre le collectif et de participer à son expansion en publiant leurs histoires sur le site.

Ma curiosité et le prix attractif m’ont donc poussé à acheter l’artbook d’artistes dont je ne connaissais honnêtement pas grand chose. Voyons ensemble si j’ai regretté cet achat compulsif en recevant le livre convoité !

Spunch Comics Paper condense quatre ans de publications du collectif en une centaine de pages dans un joli écrin souple à rabats avec un format proche du magazine. La première qualité qui m’a sauté aux yeux en feuilletant cet artbook, c’est la retranscription de l’esprit communautaire à travers ses pages. Le lecteur, qu’il connaisse ou non le collectif et le travail des auteurs, ressent indéniablement le respect qui régit le trio. Se soutenant mutuellement, les artistes collaborent même sur certains projets. C’est le cas par exemple sur Console Girl, série pour laquelle Rafchan a illustré la deuxième saison de l’histoire imaginée par Nikoneda. Une vraie complicité, vraisemblablement inhérente au collectif, émane de cet artbook commun.

De cette démarche logique découle une opportunité bienvenue pour les acquéreurs de l’ouvrage de découvrir et de s’intéresser aux travaux d’artistes aux styles bien différents, chacun avec ses qualités propres. J’ai été agréablement surpris par le dynamisme des dessins de Mosqi et du niveau de détails des illustrations de Rafchu. L’inventivité de Nikoneda pour les consoles personnifiées de Console Girl qui s’illustre au travers des différents dessins présentés m’a bien plu, même si les quelques pages de BD ne rendent pas vraiment honneur à son trait cartoonesque.

Parlons-en des BD ! En effet, en plus de proposer un sympathique aperçu du travail du trio, trente pages de BD inédites sont mises à disposition dans cet artbook. Nikoneda y propose un reboot de sa série Console Girl, déplaçant le lieu de l’action par souci d’accessibilité. Ainsi, la colonie lunaire de Sélénée laisse place ici à la Terre, de nos jours. Lorgnant du côté des BD style ecchi, ce chapitre spécial fait sourire par ses situations absurdes. Mosqi donne à lire un chapitre d’Early Su, un spin-off de son titre Spongo, s’intéressant à la jeunesse de certains personnages de la série principale. Dans celui-ci, la bagarre occupe une place centrale. Le dynamisme des mouvements des personnages profite d’une telle maîtrise qu’il prévaut même sur le comique latent au design Super Deformed des deux combattants.

Le bref récit dans l’univers de Debaser nous place in medias res dans l’action. Pour autant, il prend le temps de présenter chacun des membres du groupe éponyme et pose les bases de leur combat contre le gouvernement pour la liberté de la culture et du rock.

La seconde grande qualité de cet ouvrage repose dans sa volonté manifeste de rester autant que possible accessible à tous les types de lecteurs. Cette sélection d’histoires inédites en témoigne, de même que les légendes accompagnant les différents illustrations proposées dans la première partie de l’artbook. De plus, les trois artistes présentent, à tour de rôle, des croquis préparatoires voire leur processus créatif détaillé à la suite des brèves histoires.

Avec toutes ces précisions, les fans de ces trois artistes trouvent en cet artbook un bel objet leur permettant de prolonger leur plaisir à la lecture et à la contemplation de leurs dessins. Dans le même temps, les néophytes, comme moi lors de l’achat du livre, découvrent les travaux du trio et l’univers de certaines de leurs séries. Cette compilation donne envie de découvrir davantage leurs œuvres après avoir discerné les bases du style d’écriture et de dessin de Rafchu, de Nikoneda et de Mosqi.

L’artbook Spunch Comics Paper, par son prix attractif et son désir de s’adresser à tous, constitue un bel ouvrage à mettre entre les mains de tous les curieux et passionnés de dessins. Les introductions aux séries Console Girl, Spongo et Debaser donnent envie de se rendre sur le site du collectif afin de lire gratuitement en ligne l’intégralité de ces différents récits ! L’ouvrage se présente à la fois comme une belle façon de soutenir financièrement les auteurs et comme une porte d’entrée idéale pour permettre aux nouveaux lecteurs de découvrir Spunch Comics et les travaux du trio fondateur du collectif.

Cette review est désormais terminée ! Et plutôt que de vous laisser avec mon traditionnel au revoir, j’aimerais vous montrer la dédicace de Mosqi que j’ai obtenu dans l’artbook grâce à la promotion dont j’ai profité. Des bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.