[Review] TMNT : Micro-Série Michelangelo

[Review] TMNT : Micro-Série Michelangelo

Hello les ramolos ! J’espère que vous allez bien malgré cette chaleur étouffante ! Ça fait longtemps que nous n’avons pas parlé de quatre tortues d’enfer dans la ville, vous ne trouvez pas ? Si votre réponse est oui, sachez que HiComics a pensé à vous ! En effet, l’éditeur vient de sortir l’artillerie lourde avec la publication du tome 0, compilant les quatre tomes sortis à l’époque de l’éditeur Soleil qui se passent avant La Guerre de Krang, du tome 7 ainsi que de la micro-série Michelangelo. En d’autres termes, vous allez savourer de la tortue encore un moment sur le blog !

Notre dernière excursion au sein de l’univers des tortues ninja était dédiée au tome 6 de la série régulière, il y a déjà presque quatre mois ! Pour la reprise des avis sur les aventures des ninjas mutants, nous allons commencer en douceur avec la micro-série centrée sur Michelangelo, le trublion de la bande ! La fameuse tortue au bandeau orange se retrouve souvent reléguée à un rôle unique de comic relief, pendant que ses frères sont vraisemblablement caractérisés comme bien plus débrouillards et combatifs que lui ! Mais que nenni, Michelangelo est doté lui aussi d’émotions plus profondes. Il est probablement la tortue la plus compréhensive et gentille des quatre, mais aussi la plus naïve, ce qui va d’ailleurs l’embrigader malgré lui dans une aventure plutôt cocasse ! Cette micro-série est scénarisée par Brian Lynch, qui a déjà œuvré sur de courts titres dédiés à Raphaël et à Leonardo, et illustrée par Andy Kuhn, dessinateur des mini-séries TMNT Mutanimals et Utrom Empire !

L’équipe créative de ces quelques 22 pages n’est donc pas nullement étrangère à l’univers des Tortues. Voyons voir si cette brève histoire vaut le coup d’oeil !

Michelangelo se lance à l’aventure en solo !

Michelangelo, désireux d’interagir avec les humains qui peuplent New York, mais également de faire la fête, va tout faire pour se joindre à une grande fête costumée ! Une véritable aubaine se présente à lui lorsqu’un homme déguisé en lézard abandonne son entrée pour la fête et tourne aussitôt les talons. Michelangelo saisit donc cette opportunité et s’invite aux festivités comme si de rien n’était ! Il n’aura malheureusement pas le temps de trop en profiter puisqu’il sera embrigadé contre son gré dans un casse auquel il finira par participer.

Conscient qu’il est en train de faire une grosse erreur, il déclenchera l’alarme afin de piéger ses compagnons d’infortune et ainsi de faire capoter le vol. Malgré cette bonne action, la tortue maladroite se retrouvera tout de même avec une gemme d’une fortune inestimable. Gemme qui lui vaudra d’être poursuivi et attaqué ! Heureusement, Michelangelo finira tout de même par régler ses problèmes et s’en sortira honorablement !

Michelangelo invité à une soirée VIP ! Enfin presque…

L’aventure de Michelangelo, même si elle s’avère courte et assez bateau dans son déroulement, permet de mieux comprendre et mieux cerner le personnage souvent tourné en dérision. Michelangelo, bien qu’attachant, reste en règle générale la tortue la moins utile dans les aventures principales des quatre frères. Ce court récit rend le personnage touchant par sa folle envie de vivre sans se cacher, de profiter de la vie et de s’intégrer parmi les humains.

Michelangelo se bat contre Zorro ???? :O

Les dessins, comme le scénario, se montrent plutôt simplistes. Très épuré et cartoonesque, le tout se marie quand même plutôt bien avec le ton et l’ambiance de cette micro-série. Nous sommes quand même loin du style incroyable d’artistes ayant précédemment œuvré sur la licence comme Mateus Santolouco ou Sophie Campbell par exemple. Néanmoins, le trait d’Andy Kuhn reste convenable dans l’ensemble et fonctionne sans pour autant émerveiller mes pupilles.

Pour conclure, la micro-série dédiée à Michelangelo présente au lecteur une histoire qui permet d’en découvrir un peu plus sur le personnage, mais qui se révèle assez basique et pas spécialement palpitante. Ce récit se laisse tout de même lire malgré une fin décevante et convenue. Ces 22 pages, aux dessins tout juste satisfaisants, seront malheureusement très vite oubliées de mon côté ! Michelangelo n’est clairement pas la micro-série la plus intéressante proposée jusqu’alors, surtout en comparaison avec les péripéties concises centrées sur Leonardo et Raphaël ! Cette micro-série, en deçà des autres publiées auparavant par HiComics, s’adresse alors aux fans les plus hardcores de la tortue au bandeau orange.

C’est tout pour moi les amis ! J’espère que cette review vous aura plu. N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de cette aventure de Michelangelo en solo ici même ou sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.