[Review] TMNT – Tome 6 : Le nouvel ordre mutant

[Review] TMNT – Tome 6 : Le nouvel ordre mutant

Hello les jeunes ! Cela faisait longtemps ! Ah… Pas spécialement en fait puisque nous avons parlé de Trap version collector chez Dargaud la semaine dernière à l’occasion des 48h de la BD. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui je vais vous parler d’une licence que j’aime tout particulièrement chez un éditeur que j’aime tout autant. Il s’agit des Tortues Ninja chez HiComics ! Les plus assidus d’entre vous le savent déjà depuis bien longtemps de toute manière puisque nous avons critiqué toutes les publications de l’éditeur concernant les Tortues. Un dossier sur le site vous permet même de retrouver toutes les reviews. Notre dernière review de leurs aventures dans le tome 5 remonte déjà à fin janvier 2019. C’est donc avec impatience que nous attendions la sortie du prochain volume ! Et le voici enfin ce sixième tome, intitulé sobrement Le Nouvel Ordre Mutant. Dès que j’ai vu la couverture du volume signée Mateus Santolouco, mettant en scène un Slash énervé combattant Beebop et Rocksteady, j’ai su directement que j’allais passer un incroyable moment en lisant ce tome 6 !

Et bien sachez que je ne me suis pas trompé ! Le scénario est toujours mené par les esprits virtuoses de Kevin Eastman et de Tom Waltz. Pour l’occasion, ils sont également épaulés par Bobby Curnow cette fois-ci. Évidemment, en plus de cette fine équipe de scénaristes, les aventures des ninjas profitent toujours des illustrations dessinées par le champion toutes catégories des dessinateurs, j’ai nommé Mateus Santolouco ! Lui aussi est accompagné sur ce sixième tome, par Cory Smith. Mais trêve de bavardages, passons à la critique !

Les tortues sont revenues à New-York, le temps passe doucement et chacun des clans de la ville, tapis dans l’ombre, place ses pions sur l’échiquier. La rencontre organisée entre Krang et Shredder ne se termine pas comme prévue pour les deux parties. Les tortues sont à nouveau divisées. En effet, les menaces que représentent le Technodrome de Krang et le Clan Foot de Shredder créent des tensions et de la discorde parmi les frères, ne partageant pas tous la même vision quant aux priorités à gérer. Mais ce n’est pas tout ! Old Hob, dans son coin, se crée une armée de mutants avec l’aide du docteur Lindsey.

Ce tome signe d’ailleurs l’arrivée de deux nouveaux mutants dans l’armée de Old Hob, à savoir Herman le Nabot, une sorte de Bernard l’Hermite plus armé qu’un char d’assaut, et Mondo Gecko, un reptile stylisé façon ado skateur rebelle. En d’autres termes, le cousin d’Octodad et un gecko émo rejoignent la bataille !

Malgré son look quelque peu cliché, je trouve Mondo Gecko franchement stylé sous les traits de Santolouco comme vous pouvez le constater ci-dessus ! J’espère que ce personnage prendra de l’importance dans le futur car j’aimerais absolument le voir plus souvent. La relation entre Raphaël et Alopex devient de plus en plus tendancieuse. La tension amoureuse qui entoure leurs interactions constitue un ressort comique appréciable. Il est en effet très drôle de voir Raphaël, d’habitude très dur et très froid, si gêné et rougir de la situation dans laquelle il va se retrouver avec Alopex. Heureusement, Pete le pigeon est toujours là et viendra désamorcer cette situation à sa manière. L’histoire continue d’avancer et de se mettre en place à long terme.

Vu la tournure des événements, les combats qui se préparent ne seront pas sans victimes ! La narration se montre toujours aussi dynamique et intelligente, ces tomes dits de transition d’un arc conséquent à un autre , à savoir ce tome et le précédent, Les fous, les monstres et les marginaux, n’ennuient à aucun moment et se révèlent même très importants chacun à leur manière pour poser et consolider les fondements des intrigues à venir.

Pour ce qui est des dessins, Santolouco ne cessera jamais de m’impressionner par son talent. Les nouveaux personnages sont toujours aussi stylés grâce à la synergie si complémentaire du scénario et des dessins. Le trait de Santolouco correspond si bien à l’univers des Tortues Ninja qu’il parvient à rendre un Bernard l’Hermite badass ! Quant à l’action, elle est rythmée par des dessins qui dynamisent terriblement les phases de combat. L’impression de mouvement est saisissante, on s’y croirait vraiment, si on conçoit que des animaux anthropomorphes puissent réellement exister ! Il vous suffit de regarder la couverture pour pouvoir apprécier le talent énorme du Monsieur.

A titre d’information, le crossover des Tortues avec les Ghostbusters, relaté dans TMNT/Ghostbusters dont le compère Kaisuke a d’ailleurs réalisé une review à l’époque, se déroule juste après ce tome 6. C’est toujours bon à savoir si vous souhaitez vous faire la série dans l’ordre ! 😉 Ce tome insolite est paru chez les éditions Flamival en France.

Je suis toujours agréablement surpris et ébahi par la qualité de cette série TMNT qui est loin d’être juste un comics idiot et bourrin. Proposant des intrigues et des situations intéressantes, construites dans la durée, le tout nous tient en haleine et nous donne sans arrêt envie de découvrir la suite. Vivement juin pour le tome 7 et début juillet pour le tome 0 !!!!

C’est sur cette excitation incontrôlable que je vous laisse. J’espère que vous aurez apprécié ce voyage au cœur du tome 6 des Tortues et à bientôt ! COWABUNGA !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.