[Wade-Actu #62] Un nouveau crossover pour les X-Men, le mystère autour du Project Luminous lié à Star Wars tombe : Les news de la semaine !

[Wade-Actu #62] Un nouveau crossover pour les X-Men, le mystère autour du Project Luminous lié à Star Wars tombe : Les news de la semaine !

Oyez, oyez ! Prenez place, mesdames et messieurs, pour le soixante-deuxième numéro de Wade-Actu, humble condensé hebdomadaire de l’actualité comics ! Brandissez fièrement vos épées camarades, à l’instar des héros mutants qui ouvrent cet article !

– X of Swords, le premier crossover des X-Men supervisé par Hickman à partir de juillet 2020 : L’année dernière, Jonathan Hickman, notamment à l’origine du titre indépendant East of West, d’une série S.H.I.E.L.D. plébiscitée et des events Infinity et Secret Wars, fut désigné comme le nouveau grand architecte des titres liés aux mutants de la Maison des Idées. Fort du succès de son complexe run sur Avengers, débuté à l’époque de Marvel Now en 2012, et des deux événements susnommés, le retour de l’auteur provoquait une impatience palpable de la part des lecteurs. Fidèle à lui-même, Hickman ne fit pas les choses à moitié avec rien de moins que le lancement d’une nouvelle gamme de titres estampillés X-Men, avec comme premier geste significatif le remaniement radical de leurs fondations.

Désormais installés sur l’île de Krakoa, les mutants dirigés par Magneto, Charles Xavier et Moira X, fraîchement réincarnée, réclament que les gouvernements mondiaux reconnaissent cet havre de paix comme une nation à part entière. Cette décision controversée a été forcée par des dons des X-Men aux autres pays pour résorber certains de leurs maux. De ce fait, la communauté mutante peut maintenant s’adonner pleinement à la formation d’une nouvelle société prospère pour leur espèce.

Pourtant, «de puissantes forces inconnues» menaceront la sérénité de ce nouvel État dans X of Swords, le premier crossover mutant sous l’«ère Hickman». Face à cette agression, ce sont «dix mutants» qui s’élèveront, «armés d’épées légendaires, familières ou non de l’univers Marvel», pour défendre leur chez-eux ! L’événement place son récit dans une veine magique, comme en témoigne sa référence nette au jeu de tarot Ten of Swords apparaissant aux yeux de tous, à condition de lire le X du titre comme un chiffre romain et non pas seulement comme une référence aux X-Men.

Il paraît alors logique que Jonathan Hickman collabore avec Tini Howard, l’auteur de l’actuelle série Excalibur, justement axée sur la sorcellerie et évoquant la célèbre lame de la légende arthurienne, pour chapeauter son event en 15 chapitres. S’ils se chargeront vraisemblablement des moments charnières de X of Swords, d’autres auteurs devraient logiquement être impliqués dans le projet puisqu’il impactera l’ensemble des titres liés aux mutants : Cable, Children of the Atom, Excalibur, Hellions, Marauders, New Mutants, Wolverine, X-Factor, X-Force et X-Men, évidemment.

Pour faire monter davantage la hype sur son événement mystique, Marvel a partagé un visuel promotionnel réalisé par Mark Brooks. L’artiste met en scène de nombreux mutants d’horizons divers équipés de leurs sabres les plus saillants !

A travers ces minces informations, je perçois la volonté du nouveau bâtisseur des mutants de leur offrir une réunion majestueuse et épique, à la manière d’Infinity qui marquait un premier jalon significatif dans son travail auparavant effectué sur les Avengers. Hickman compte visiblement poursuivre sa réinterprétation radicalement singulière des X-Men avec cet événement au postulat pour le moins étonnant.

Le crossover débutera en juillet 2020, tandis que les lecteurs français auront presque achevé leur découverte de House of X et de Powers of X, les deux premières bornes symboliques du renouveau mutant opéré par le scénariste de Black Monday Murders et de The Manhattan Projects.

– Le Project Luminous se révèle et se renomme Star Wars The High Republic : Cet ambitieux regroupement d’éditeurs autour d’un chantier commun relatif à Star Wars nous intriguait déjà fortement lors de son annonce à la New York Comic Con. Le mystère autour du Project Luminous se défait désormais et arbore un nouveau nom pour l’occasion : Star Wars : The High Republic. Les fans d’univers étendus et d’aventures éloignées des films n’en finiront plus de sauter de joie jusqu’aux étoiles ! Et pour cause, la période prochainement explorée présentera le point culminant de la prospérité de l’ordre Jedi et de la République galactique, environ 200 ans avant les événements de La Menace fantôme, le premier film de la saga chronologiquement parlant.

Jusqu’alors seulement évoquée à de rares occasions, l’histoire de la High Republic Era se verra prochainement érigée massivement. Dans l’optique de garantir une liberté totale aux auteurs des divers éditeurs impliqués, ce pan séquentiel de l’univers Star Wars ne sera pas abordé dans les prochaines productions cinématographiques et télévisuelles de Disney.

Un trailer assez exhaustif présente toute l’ambition du projet et résume sa conception lors d’une titanesque session d’écriture en 2018, tenue au célèbre Skywalker Ranch, avec de nombreux auteurs.

En plus de nombreux décisionnaires liés à Lucasfilm, Charles Soule, Justina Ireland, Claudia Gray, Daniel José Older et Cavan Scott, c’est-à-dire les cinq auteurs rattachés au Project Luminous depuis son annonce, s’expriment au cours de cette vidéo pour expliquer le processus créatif et les motivations d’une telle entreprise.

project-luminous-slide-nycc
Petite piqûre de rappel venant tout droit du Wade-Actu 52 !

Une multitude d’éditeurs relaiera les œuvres estampillées The High Republic, bien davantage que les quatre originellement investis dans le projet, à savoir Del Rey, Marvel, IDW et Disney Lucasfilm Press. Ainsi, l’annonce vidéo permet de découvrir d’autres partenaires rattachés au développement de ces nouvelles histoires cosmiques : Titan Magazines, Viz Media, Abrams, b&m! books, Insight Editions et l’éditeur DK.

project luminous publishers

James Waugh, le vice-président de Lucasfilm, explique au cours de la vidéo que cette association vertigineuse leur «offre la capacité de raconter rapidement des histoires interconnectées sur plusieurs années». La puissance de frappe de Disney se manifeste à chaque projet d’envergure lié à ses propriétés, et l’ex-Project Luminous ne déroge pas à la règle !

De nouveaux héros, issus de nombreuses espèces, verront le jour pour peupler cette nouvelle portion de l’univers de la Guerre des étoiles. Leurs aventures débuteront après un événement tragique, le Great Disaster. Des visages inédits feront aussi leur apparition du côté des antagonistes, qui chercheront à contrecarrer la paix défendue par la République galactique.

Même si les êtres humains semblent toujours avoir le dessus au sein de l’ordre Jedi, saluons tout de même l’effort de diversité en terme de sexe et de races extraterrestres représentées. Tous les personnages profitent d’un charisme, découlant de leur design abouti, qui ne demande qu’à être étayé par des récits magistraux !

Les premiers livres et comic books émanant de l’initiative High Republic seront publiés à partir d’août 2020 à l’occasion de la Star Wars Celebration d’Anaheim. Ils développeront Star Wars : The High Republic : Light of the Jedi, le premier arc narratif interconnecté au travers des différentes publications des nombreux éditeurs.

Trois romans feront partie de la première vague des titres Star Wars The High Republic : Into the Dark de Claudia Gray destiné à un public de jeunes adultes ; A Test of Courage de Justina Ireland, un titre conçu pour un public adolescent. Ces deux premiers ouvrages sont publiés sous le giron de Disney Lucasfilm Press.

Ces autrices ont déjà écrit des œuvres littéraires liées à Star Wars : Liens du sang et Lost Stars sont signés Claudia Gray, Spark of the Resistance et Lando’s Luck proviennent de la plume de Justina Ireland.

Le dernier roman reprend le premier nom notoire de la High Republic en s’intitulant Light of the Jedi. Rédigé par Charles Soule (Inhuman, Daredevil), il sera édité par Del Rey et s’adresse principalement à un lectorat adulte. Lui aussi a déjà oeuvré dans l’univers de la création de Georges Lucas puisqu’il a, par exemple, scénarisé les comics Lando, Poe Dameron et Dark Vador : Le Seigneur noir des Sith.

Les fans ont été surpris de découvrir un Wookie Jedi sur la couverture du roman. L’auteur s’est donc exprimé très rapidement à ce sujet et en a même profité pour donner son nom. Burryaga Agaburry prêtera main forte à Avar Kriss, la guerrière Jedi en premier plan, et aux autres chevaliers présents sur la couverture !

Les comics occupaient une place centrale dans l’ancien Univers Étendu Star Wars, balayé de la continuité sous l’appellation Legends depuis le rachat de la licence par Disney. Il paraît alors logique qu’il en soit de même avec The High Republic ! Une première série sobrement intitulée Star Wars : The High Republic sera scénarisée par Cavan Scott, aussi connu pour des romans Skylanders publiés sous le pseudonyme d’Onk Beakman, et fera partie du catalogue Marvel.

La variant cover du premier numéro de cette série met vraisemblablement à l’honneur des membres de The Nile, le groupe d’antagonistes principaux de cette période décrits dans la vidéo d’annonce comme des «vikings de l’espace.»

the nile

L’éditeur IDW disposera aussi d’un titre SW écrit par Daniel José Older, nommé Star Wars : The High Republic Adventures. Comme ses collègues, le romancier s’était déjà plongé dans l’univers de Star Wars avec le livre Baroud d’honneur mettant en scène Lando et Han Solo.

Là aussi, la couverture présente deux nouveaux Padawans dont les aventures restent à écrire et à découvrir, Farzaza et Luca.

Le nom assez générique du comic book se rapproche grandement de Star Wars Adventures, une autre série publiée par IDW axée vers le grand public dans laquelle les héros populaires de la franchise vivaient des péripéties et sur laquelle Cavan Scott a opéré en tant que co-scénariste !

De manière un peu réductrice, nous pourrions déclarer qu’un nouvel Univers Étendu se met en place, avec une orientation marquée vers tous les publics, y compris le jeune lectorat pas spécialement pris en compte au sein de l’ancien Univers Étendu. Le projet en lui-même augure de bonnes choses pour le futur de la licence et pourrait même lui redonner une nouvelle fraîcheur grâce à sa volonté de s’éloigner de la saga Skywalker. Néanmoins, cette intention d’étendre la mythologie Star Wars au sein de divers médias ravive la douleur causée par la mise sous silence brutale et totale de l’ancien Univers Étendu dans le cœur des fans les plus investis. Pour ne pas souffrir de la comparaison, les histoires labellisées The High Republic nécessiteront alors impérativement une grande exigence artistique d’un point de vue narratif et dans le développement des nouveaux personnages introduits. De nombreux adorateurs de la franchise se sentant d’office floués par le procédé, Lucasfilm et ses divers partenaires ont tout intérêt à garantir un haut niveau de qualité dans leurs publications pour réconcilier au maximum les fans avec leur audacieux projet de transmedia storytelling, c’est-à-dire avec le fait de passer par le biais de plusieurs supports pour raconter des histoires à la fois liées entres elles et indépendantes ; pour pouvoir l’inscrire durablement dans le temps.

– Kevin Smith donne des signes de vie du projet Batman : Bellicosity : Le cinéaste à l’origine de Clerks et de la série de films Jay & Bob a pu assouvir un autre de ses fantasmes au cours de sa carrière en écrivant des comics. Il a notamment collaboré avec son ami et illustrateur Walter Flanagan pour une mini-série en trois numéros, Batman : Cacophony, publiée entre 2008 et 2009.

Cette collaboration fructueuse a donné lieu à une suite, Batman : The Widening Gyre, une autre mini-série sortie entre août 2009 et juillet 2010. Le titre devait initialement contenir douze numéros mais a finalement été raccourci à six issues. Finalement, les deux artistes ont choisi de faire des chapitres restants une série à part entière. Prévu pour 2014, Batman : Bellicosity n’a, à l’heure actuelle, toujours pas vu le jour. Alors qu’une décennie sépare maintenant The Widening Gyre de sa potentielle suite, Kevin Smith a donné des nouvelles du projet lors d’une interview pour Newsarama.

D’après les dires de Kevin Smith, trois chapitres de Bellicosity ont déjà été dessinés par Walter Flanagan. Affublées de diverses notes des deux artistes, ces planches attendent d’être finalisées. Le réalisateur de Dogma et de Tusk assume l’entière responsabilité de cet imposant retard, il dédouane complètement son acolyte par la même occasion. Il tient aussi à rassurer ses fans puisqu’il compte bien enfin achever cette série ! Même si aucune date n’a été annoncée, espérons que Kevin Smith tienne sa promesse et que Batman : Bellicosity puisse sortir au cours de l’année 2020 !

– Christopher Priest étend l’univers de Vampirella avec une nouvelle série annexe : Après avoir repris la série principale concernant la vampire extraterrestre en juillet 2019, l’auteur Christopher Priest continue de développer l’univers du personnage avec un futur titre supplémentaire. Même si la célèbre Vampirella fera des apparitions dans sacredsix, la série se focalise essentiellement sur un groupe de quatre femmes chargées de protéger la ville d’Ashtorne contre les assauts de la cité voisine de Sacred.

Ashtorne n’a rien d’une ville géorgienne rurale ordinaire. En effet, sa population ne se compose que de vampires et de goules ! La «Vampire Valley» ne demande qu’à prospérer en autarcie, sans gêner les autres êtres environnants. Malheureusement pour ces morts-vivants, la ville de Sacred formé sous l’impulsion de conservateurs farouches ne l’entendent pas de cette oreille et comptent bien détruire la commune monstrueuse.

Cette tension conflictuelle justifie l’apparition du groupe d’héroïnes. Priest le compose de Draculina, Pantha, redéfinie pour l’occasion comme une panthère pouvant prendre forme humaine, Nyx et de Chastity, un personnage vampirique originairement issu du catalogue de Chaos! Comics et aggloméré à l’univers de Vampirella pour l’occasion. L’équipe sera menée par une individue intimement liée à Vampirella puisqu’il s’agit de sa mère Lilith. Le dernier membre de l’équipe n’a pas encore été révélé, afin qu’elle puisse conserver une part de mystère ! Ces femmes intègreront la ville de Sacred sous les traits d’étudiantes ordinaires dans le but de tout faire pour éviter le déclenchement d’une guerre civile entre les deux villes, entre les humains et les créatures surnaturelles.

Le scénariste, connu pour ses travaux sur Black Panther, Power Man & Iron Fist, Quantum and Woody et sur Deathstroke, sera accompagné de l’illustrateur Gabriel Ibarra. Assurant déjà la partie graphique du titre Graveland, sacredsix constituera sa première participation à un comics mainstream. Priest retrouvera aussi son collaborateur de longue date sur ce titre, le lettreur Willie Schubert.

L’artiste Jae Lee se greffera temporairement à l’équipe créative pour mettre en images la nouvelle origin story de Pantha, racontée en filigrane au cours des cinq premiers chapitres de sacredsix. Le coloriste Mohan se chargera de coloriser le tout !

Pour marquer le coup, l’éditeur Dynamite a prévu à peu près un demi-milliard de couvertures pour le premier numéro de cette première extension de l’univers partagé créé autour de Vampirella.

Même sans être un parfait connaisseur du lore autour de la vampire de la planète Drakulon, ce titre annexe donne irrémédiablement envie de s’y intéresser par son postulat inspiré de Charlie’s Angels ou, ironiquement, de Buffy contre les vampires ! La première issue de sacredsix sortira en mai 2020.

La première partie de ce Wade-Actu se clôt sur cette galerie de couvertures réalisées par des artistes aux styles multiples. Il nous reste quelques actualités à traiter, ce que je m’apprête à faire sans tarder !

– Marvel et Netmarble collaborent pour un nouveau jeu mobile : Si le retour des héros Marvel sur consoles avec Marvel’s Avengers se profile moins fracassant que prévu, l’univers de la Maison des Idées ne se prive pas pour autant d’apparaître dans des jeux vidéo à son effigie pour smartphones. La société sud-coréenne Netmarble multiplie les projets avec Marvel pour concrétiser ce dessein. L’action-RPG Marvel Future Fight sorti en 2015 marque le début de l’association entre les deux firmes dans la production de jeux ambitionnant de transposer le caractère épique des films super-héroïques sur mobiles. Parallèlement à Future Fight, le jeu de combat Marvel Contest of Champions, développé par Kabam et jouable depuis décembre 2014, est devenu la propriété de Netmarble depuis le rachat du studio en décembre 2016.

Jamais deux sans trois annonce le dicton.

Une semaine avant la convention Pax East de cette année, la firme vidéoludique a teasé un nouveau projet estampillé Marvel.

Son nom : Marvel Future Revolution. Suite de Future Fight, le jeu semble reprendre le gameplay de son prédécesseur tout en promettant une expérience en monde ouvert.

Le trailer, comme l’image promotionnelle, rappelle l’ambiance du film Doctor Strange à grands coups de portails dimensionnels et de villes suspendues dans le ciel. La vidéo souligne aussi la présence de versions alternatives des héros populaires apparus dans les films Marvel Studios comme Captain America, Spider-Man ou Captain Marvel.

Ici, comme très souvent avec Marvel, l’existence fait événement. Aucune information concrète sur le jeu n’a été dévoilée, pas de date de sortie ni même de réelles images du soft en action. Si l’aspiration des deux compagnies attise la curiosité, une certaine lassitude scénaristique s’installe étant donné que Marvel Strike Force fonde également son intrigue sur des voyages interdimensionnels. Future Revolution devra véritablement se distinguer de Future Fight grâce à d’autres spécificités que sa promesse d’open world pour proposer une expérience nouvelle, captivante et accessoirement lucrative en fonction du modèle économique mis en place.

– La série Ice Cream Man sortira sur Quibi : L’anthologie horrifique centrée sur l’inquiétant Ice Cream Man fera l’objet d’une adaptation en série. Par-delà ses airs de commerçant itinérant avenant, il cache en lui une créature proche du loup-garou et sème la terreur partout où il officie grâce à ses pouvoirs magiques. Là où ses victimes souffrent toujours dans des histoires aux rebondissements macabres, le vendeur de glaces se paye en plus le luxe de s’amuser malicieusement de la situation.

Avec un tel concept, l’adaptation live du titre créé par W. Maxell Prince et édité par Image Comics dispose d’un réel potentiel traumatique ! Cependant, le scénariste du comics original n’occupe aucune place dans la production de cette adaptation. Il se pourrait donc que le script écrit par les scénaristes Adam et Max Reid s’éloigne franchement de l’oeuvre qu’il adapte. La plateforme de streaming Quibi, lancée le 6 avril prochain, accueillera la diffusion du show Ice Cream Man.

– Image Comics met à disposition gratuitement le premier chapitre de nombreuses séries de leur catalogue : Si la nouvelle précédente ne m’intéressait qu’assez peu jusqu’alors, le bon plan généreusement offert par l’éditeur Image Comics m’a permis de l’apprécier à sa juste valeur !

Les lecteurs les plus attentifs de Wade-Actu ont déjà pu en profiter la semaine dernière mais je tenais à en reparler plus en détails. Et puisqu’un lien vaut mieux que mille mots, je vous recommande vivement de cliquer juste ici afin de lire gratuitement en ligne des centaines de premiers numéros de titres indépendants ! Ice Cream Man vous y attend mais aussi Undiscovered Country et Farmhand dont nous avons déjà parlé dans d’autres numéros, aux côtés de séries signées Jeff Lemire, comme Gideon Falls et Family Tree, ou Robert Kirkman : Die!Die!Die!, Outcast, Oblivion Song ou l’incontournable The Walking Dead ! Alors profitez-en !*

* A lire avec la voix des vendeurs Ikeo pour un effet comique garanti.

– Marvel rendra hommage à Giant-Size X-Men #1 avec une recréation totale : L’expression «Faire du neuf avec du vieux» n’aura jamais aussi bien décrit un projet de la Maison des Idées ! Pour fêter le quarante-cinquième anniversaire du numéro culte Giant-Size X-Men #1, un one-shot commémoratif sortira aux Etats-Unis le 27 mai 2020. A partir du scénario original de Len Wein, 37 artistes redessineront une page de l’issue initialement illustrée par Dave Cockrum !

Giant-Size X-Men: Tribute to Wein & Cockrum #1 profitera des talents d’Alex Ross (Project Superpowers, Kingdom Come), Carmen Carnero (Captain Marvel, X-Men Red), Mark Brooks (Star Wars : Han Solo), Kevin Nowlan (Doctor Strange, Lobster Johnson), Chris Samnee (Daredevil, Black Widow), Marcus To (New Warriors, Hacktivist), Siya Oum (Lola XOXO), Stephen Segovia (Superior Carnage, War Mother), Marguerite Sauvage (DC Comics : Bombshells, Faith), Bernard Chang (Batman Beyond, Green Lantern Corps), Aaron Kuder (Death of X, Guardians of the Galaxy), Takeshi Miyazawa (Mech Cadet Yu), Juann Cabal (Friendly Neighborhood Spider-Man), Gurihiru (Superman Smashes the Klan, Unbelievable Gwenpool), Kris Anka (Runaways, Captain Marvel), Phil Noto (Black Widow, Uncanny X-Force), Valerio Schiti (Tony Stark : Iron Man), Leinil Francis Yu (Secret Invasion, Silent Dragon), Matteo Lolli (Marauders, Deadpool), Emanuela Lupacchino (Starfire, Wonder Woman), Carlos Gomez (Amazing Mary Jane, Red Sonja : L’Autre monde), Iban Coello (Venomverse), R.B. Silva (Powers of X), Ramon Rosanas (The Astonishing Ant-Man, Deadpool : La Nuit des morts-vivants), Joshua Cassara (X-Force, Falcon), David Baldeon (Gwenpool Strikes Back, X-Factor), Marcelo Ferreira (Morbius the Living Vampire, Back to the Future), Javier Garron (Miles Morales : Spider-Man, Ant-Man & the Wasp), Rod Reis (Hadrian’s Wall, C.O.W.L., New Mutants), Javier Rodriguez (History of the Marvel Universe, Doctor Strange and the Sorcerers Supreme), Marco Checchetto (Old Man Hawkeye, Life Zero), Jen Bartel (Blackbird), Mike Del Mundo (Elektra, Thor, Avengers), Rahzzah, qui officiera pour la première fois à un poste autre que celui de cover artist, Pepe Larraz (House of X, Avengers : No Surrender), Mike Hawthorne (Queen & Country, Conan : Road of Kings) et d’Adi Granov (Iron Man : Extremis). Rien que ça !

Comme toujours avec ce genre de projets, l’avalanche de noms donne le vertige ! Néanmoins, la multiplicité des artistes impliqués dans le projet côtoie le risque de créer une disparité visuelle potentiellement déroutante. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un moyen original, et un peu fainéant, de rendre hommage à un titre culte de l’univers Marvel.

Cet impressionnant panorama d’artistes termine ce soixante-deuxième Wade-Actu ! Comme à l’accoutumée, j’espère que cette synthèse de l’actualité relative aux comics vous aura plu. Deux articles rédigés par votre serviteur ont été publiés sur le blog depuis le dernier Wade-Actu. Il s’agit de ma critique du film Underwater de William Eubank et de ma review concernant les deux premiers tomes du manga Jormungand. N’hésitez pas à aller les lire si le coeur vous en dit ! Et sur ce, je vous dis à très vite pour de nouveaux articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.