[Wade-Actu #67] Un film Ghost Rider serait prévu chez Marvel Studios, Dwayne Johnson et Emily Blunt se retrouvent pour un film de super-héros : Les news de la semaine du 4 mai 2020 !

[Wade-Actu #67] Un film Ghost Rider serait prévu chez Marvel Studios, Dwayne Johnson et Emily Blunt se retrouvent pour un film de super-héros : Les news de la semaine du 4 mai 2020 !

Bonjour à toutes et à tous, je suis ravi de vous accueillir dans ce soixante-septième numéro de Wade-Actu ! Ce condensé de l’actualité comics, qui débordera un petit peu du médium comme vous pourrez le remarquer rapidement, porte sur les news de la semaine du 4 mai 2020. Commençons sans plus tarder avec le retour des rumeurs ébouriffantes sorties de nulle part concernant le Marvel Cinematic Universe !

– Un film Ghost Rider serait en développement chez Marvel Studios : Un site jusqu’alors inconnu au bataillon, une belle grosse hypothèse concernant un long-métrage inattendu, cette information m’en rappelle tant d’autres qui se sont avérées infondées. Nous nous rappelons encore de la supposée série Miss America ou du film Nova, respectivement annoncés par les sites mal-aimés, à juste titre, Geeks WorldWide et MCU Cosmic.

Aujourd’hui, c’est le site The Direct qui proclame en exclusivité le développement d’un long-métrage Ghost Rider produit par Marvel Studios. L’information proviendrait du journaliste Daniel Richtman, bien connu dans le milieu des ragots au sujet des films de super-héros. Ce dernier affirme que Kevin Feige n’intègrera pas Robbie Reyes, la plus récente version du Rider interprétée par Gabriel Luna dans Agents of S.H.I.E.L.D., au Marvel Cinematic Universe. Johnny Blaze, le motard fantôme iconique et déjà apparu au cinéma sous les traits de Nicolas Cage, serait vraisemblablement privilégié pour incorporer le personnage à l’univers partagé.

Les détails de son hypothétique arrivée dans le MCU ou sur la forme qu’elle adopterait restent inconnus. Film ou série, rien n’est moins sûr. Pour ma part, j’ai appris à me méfier et même à faire preuve d’énormément de scepticisme face à ce genre d’annonces. The Direct possède quelques menus arguments en sa faveur, je le concède : le fait que la série dédiée au Ghost Rider ait été annulée et la récupération des droits du personnage par Marvel Studios en 2013 pourraient laisser penser que cette rumeur puisse se concrétiser.

Donny Cates, le scénariste de God Country, de Venom et de Cosmic Ghost Rider, a réagi à la publication de The Direct. Alors oui, son tweet n’apporte rien mais l’existence même de sa réaction m’a suffisamment étonnée pour que je décide de vous en parler !

Néanmoins, je ne pense pas que le démon véhiculé convienne à l’état d’esprit du MCU actuel. Si Doctor Strange 2 assume réellement de lorgner du côté du film d’horreur, peut-être que l’univers étendu obtiendra la maturité nécessaire pour accueillir des personnages plus adultes. L’annonce d’un nouveau film Blade constitue virtuellement un premier pas vers cette voie. Ainsi, sans être totalement incongrue, je ne crois une nouvelle fois pas à cette rumeur sur le futur du Marvel Cinematic Universe.

– Emily Blunt et Dwayne Johnson se retrouvent à la tête de Ball & Chain, un film de super-héros : Après avoir tenu l’affiche de Jungle Cruise, un film inspiré de l’attraction éponyme des parcs d’attraction Disney dont la sortie a été reportée au 30 juillet 2021, le duo se reforme pour Ball & Chain ! Adapté de l’obscur comics éponyme de Scott Lobdell (Generation X, Excalibur) et d’Alé Garza (Cyber Spectre, Supergirl) paru dans les années 90, les deux acteurs dépeindront un couple dont le mariage bat de l’aile. Petite singularité néanmoins, ils possèdent tous deux des super-pouvoirs qui ne fonctionnent uniquement lorsqu’ils sont ensemble.

Rencontre improbable entre Mr & Mrs Smith et Les Indestructibles, le long-métrage destiné à Netflix sera scénarisé par Emily V. Gordon. L’autrice et productrice travaille très souvent avec son mari Kumail Nanjiani, comme sur le scénario de The Big Sick qu’elle a co-écrit avec lui ou pour la création de la série Little America.

Les deux amants expérimenteront le genre super-héroïque chacun à leur manière : l’un en tant qu’acteur dans The Eternals ; l’autre comme scénariste pour le projet susnommé, plusieurs fois mis en chantier et annulés notamment par SyFy en 2010.

Ball & Chain ne possède évidemment pas encore de date de sortie. L’aspect confidentiel du titre adapté me laisse quelque peu dubitatif. Je me demande si le projet est animé par une véritable envie de le transposer à l’écran ou s’il ne constitue qu’une simple possibilité d’exploiter un concept amusant sous couvert de l’étiquette aguicheuse d’adaptation de comic books… À voir donc, parce qu’au-delà de cette interrogation, le postulat de base fonctionne suffisamment pour aboutir à un divertissement correct, appréciable sur le moment mais rapidement oubliable.

– Marc Guggenheim scénarise le film Prophecy inspiré du personnage de Rob Liefeld : Malgré son franc-parler virulent digne d’Uwe Boll et son incapacité à dessiner des pieds, Rob Liefeld possède tout de même le mérite d’avoir créé une pelletée de personnages sous le giron de sa société Extreme Studios durant les années 90. Personnages dont il a été récemment dépossédés de tous les droits les concernant par un ancien associé peu scrupuleux.

Dans la lettre ouverte dont j’avais parlé il y a quelques mois de cela, l’artiste expliquait qu’il avait divisé son catalogue Extreme en trois parties entre lui et ses deux collaborateurs de l’époque, Scott Rosenberg et John Hyde, en 1999. Peu de temps avant la fermeture définitive d’Awesome Comics en 2000, les trois fondateurs de la maison d’édition possédaient donc 8 créations de Liefeld qu’ils pouvaient exploiter à leur guise. Malgré ce partage équitable, il avait été convenu que le co-créateur de Deadpool pouvait continuer à superviser les nouveaux titres tirés de ses créations. Malheureusement, le récent partenariat de Scott Rosenberg avec Andrew Rew a complètement évincé Liefeld de la licence Youngblood.

Privé d’un tiers de son Extreme Universe, Rob Liefeld a néanmoins pu compter sur le soutien de John Hyde. Son ancien collaborateur a accepté de participer au développement d’œuvres adaptées de ses possessions en étroite collaboration avec leur créateur originel. Ils cherchent notamment à remettre Glory sur le devant de la scène par le biais de différents médiums.

Un autre projet a été mis en chantier par les deux hommes, celui d’un film Prophet dédié à John Prophet, un super-soldat génétiquement modifié. Sorti prématurément de sa cryogénisation, le combattant féroce devra apprendre à apaiser sa rage et à retrouver une vie normale, non plus régie par les tueries mais à nouveau par l’humanité. Outre son look discutable, les origines du personnage font penser à un mix entre Captain America et Cable, deux propriétés de la Maison des Idées.

Le script du futur long-métrage a été confié à Marc Guggenheim, un auteur habitué à travailler à partir de personnages de comics puisqu’il a activement participé à la production des séries DC Comics de CW. Il a, entre autres, produit Arrow et Legends of Tomorrow en plus de scénariser de nombreux épisodes de ces dernières.

Le matériau d’origine paraît si abrupte que son adaptation ne m’emballe pas spécialement. Le personnage semble assez plat et n’a l’air d’avoir à offrir qu’une avalanche d’action abrutissante. Toutefois, le désarroi qui transparaît dans la lettre de Rob Liefeld me fait éprouver un peu de sympathie à l’égard du projet.

Alors qu’il n’en est qu’à ses débuts, le projet Prophet se destine, à mon sens, à n’être qu’un accident industriel de plus, rejoignant la lignée de Bloodshot par exemple. Cette adaptation a l’air d’avoir été pensée dans l’unique objectif de pouvoir capitaliser sur la relative popularité du personnage et, plus globalement, sur l’attrait des spectateurs pour les films se reposant sur des comics. Néanmoins, l’auteur aura au moins pu concrétiser sa volonté de remettre ses créations sur le devant de la scène grâce à des long-métrages et à des séries à leur effigie, quitte à foncer droit dans le mur.

– Matt Kindt et Jeff Lemire font financer Cosmic Detective, leur projet commun : Les deux artistes, en plus d’être amis, partagent plusieurs similarités. En plus de leurs multiples casquettes d’auteur-dessinateur, les carrières de Kindt et Lemire brillent par leur abondance. Ils ont officié aussi bien dans le mainstream, chez les Big Two ou chez Valiant, que sur des projets indépendants. Lorsqu’ils développent des œuvres plus personnelles, il peut leur arriver de traiter des thèmes semblables. Après avoir co-écrit ensemble The Valiant et avoir collaboré ponctuellement sur Sweet Tooth, le duo fait actuellement financer leur nouveau projet commun via une campagne Kickstarter. Aux côtés de David Rubin, le dessinateur d’Ether, ils travaillent depuis près de deux ans sur Cosmic Detective dans le secret le plus total.

Le roman graphique, agglomérant les genres de la science-fiction et du récit noir à la Raymond Chandler, narrera l’enquête menée par le Détective pour élucider le meurtre d’une divinité cosmique. Cette résolution est aussi accessoirement animée par la volonté d’empêcher la destruction du monde, un but louable en somme.

Ça a l’air très beau, prenant, profond en plus de réunir une équipe créative du tonnerre sur un même projet. En plus de ces premières impressions enthousiasmantes, l’hybridation des deux genres susmentionnés me réjouit au plus haut point tant je suis friand de ceux-ci. Le style graphique, enfantin de prime abord, s’avère finalement bien plus clivant qu’il n’y paraît. Le visage du Détective paraît tantôt rudimentaire, simpliste puis acquiert une maturité inédite au détour d’une case.

Cette ambivalence, qui m’évoque dans une certaine mesure les illustrations de Joan Cornellà, créera vraisemblablement un contraste prononcé, cohérent avec l’intrigue, lorsque David Rubin donnera vie à des créatures belliqueuses ou à des scènes de crime macabres. Et ce n’est clairement pas la montée des escaliers dans un décor glauque aux tonalités sanguinolentes dont la tapisserie murale rappelle les motifs de l’Overlook Hotel de Shining qui me contredira.

Enfin, le soutien financier des fans reçu par les auteurs a permis de débloquer une chouette contre-partie sur Kickstarter : une fantaisie capillaire pour ce bon vieux Matt Kindt qui sera bientôt affublé d’une magnifique crête iroquoise rose.

Et oui, ça vend du rêve.

Si vous voulez faire partie des plus de 3000 lecteurs qui ont offert leur confiance au trio, il vous reste une petite semaine pour participer à la campagne Kickstarter de Cosmic Detective. Édition exclusive au crowdfunding, cartes à jouer et print attendent les personnes dévouées prêtes à participer activement à la concrétisation de ce roman graphique très prometteur dont la sortie est prévue pour mai 2021 !

C’est sur ce projet devenu réel grâce au financement participatif que se clôt la première partie de ce Wade-Actu. C’est d’ailleurs par une autre proposition artistique qui nécessite le soutien pécuniaire des lecteurs que j’aimerais débuter la seconde section de l’épisode.

– Sean Gordon Murphy dévoile la couverture de The Plot Holes, son projet à financer en crowdfunding : Après avoir présenté les principaux personnages de son projet secret, Sean Gordon Murphy a passé la seconde en lançant très récemment la campagne Indiegogo pour le faire financer. Grand adepte du teasing sur les réseaux sociaux, il a d’abord partagé de nombreuses previews pour faire saliver ses fans.

De nombreuses pages plus ou moins proches de la finalisation ont été divulguées par l’auteur-dessinateur (encore un !), mais ce n’est pas tout. Le créateur derrière Punk Rock Jesus et Tokyo Ghost a aussi dévoilé la couverture de The Plot Holes : d’abord un WIP puis deux versions de la jaquette retenue pour le volume du roman graphique.

Pour ce projet indépendant, Sean Murphy retrouve d’ailleurs son collègue et ami coloriste Matt Hollingsworth, avec qui il avait déjà travaillé sur Tokyo Ghost et sur Chrononauts.

Il a lui aussi participé à la promotion du crowdfunding dédié à leur nouvelle collaboration en réalisant une longue vidéo au sujet du processus de colorisation d’une page du titre.

Le mélange de plusieurs styles graphiques dans une même histoire attisait la curiosité des fans de l’auteur. Ce déploiement visuel s’explique désormais grâce au pitch de The Plot Holes : un samurai tiré d’un manga, un enfant déjanté issu d’un comic strip, un tigre barbare anthropomorphisé et une chasseuse de vampires sont dans un vaisseau. Le petit groupe atypique n’est pas là pour amorcer le début d’une blague nulle, il constitue l’escouade des Plot Holes. Ils voyagent de livres en livres pour en améliorer la substance et ainsi permettre leur publication. Par cet acte salutaire, le commando cherche avant tout à empêcher la destruction des histoires qu’ils contiennent.

Un peu malgré eux, ils sont rejoints par Cliff, un auteur de comics découvrant que sa vie n’était que la fiction d’un roman. En plus de subir le même choc que Jim Carrey dans The Truman Show, il se voit rejeté par ses nouveaux camarades à cause de son inaptitude au combat. Le rookie devra prouver sa valeur aux Plot Holes, surtout lorsque Surge, un ancien membre maîtrisant la foudre, manigance la destruction de la base de données de toutes les librairies numériques du monde !

Au-delà de l’opportunité d’explorer et de dessiner conjointement des genres très différents, le concept de Sean Murphy devrait lui conférer la possibilité de développer un sous-texte personnel sur sa propre condition de créateur et sur les notions de réussite ou d’échec d’une œuvre. Cette histoire réflexive et qui concrétise dans le même temps un rêve d’enfant, celui de faire cohabiter de nombreux univers dans une intrigue globale, sortira en février 2021 en version numérique. Les recueils physiques seront envoyés aux contributeurs à partir de mars de cette même année, tandis que la campagne de financement de The Plot Holes est disponible jusqu’au 15 juillet prochain.

Malgré les faramineux frais de ports pour faire venir cet ouvrage en France, je pense que le projet en vaut la chandelle. Pour les passionnés au budget modeste, la version numérique saura vous ravir en plus de vous permettre de soutenir les créateurs et de vous faire profiter d’une économie conséquente !

– L’anthologie horrifique Just Beyond de R.L. Stine adaptée en série pour Disney+ : Prévue en quatre volumes, l’anthologie Just Beyond publiée par BOOM! Studios va être adaptée en série pour… Disney+. Ah, c’est bête pour Netflix et son grand deal établi avec la maison d’édition ça. Quoi qu’il en soit, cette publication d’horreur jeune public imaginée par R.L. Stine, le créateur de Chair de poule, se métamorphosera en huit épisodes destinés à la plateforme en streaming aux grandes oreilles.

Produite par la 20th Century Fox Television, la série Just Beyond sera écrite par l’auteur Seth Grahame-Smith. Il est surtout connu pour avoir écrit les romans Orgueils et Préjugés et Zombies et Abraham Lincoln : Chasseurs de vampires, en plus d’avoir scénarisé le Dark Shadows de Tim Burton ou Lego Batman, le film. Lui et R.L. Stine feront partie des producteurs exécutifs du show.

À l’instar de La Quatrième Dimension ou de Chair de poule justement, le scénariste-producteur ambitionne de faire de Just Beyond une «série anthologique de genre pour toute la famille.» Décrit de la sorte, le projet paraît tout à fait calibré pour enrichir le catalogue de Disney+. Un groupe d’auteurs a été formé pour développer la trame de la série, dont la sortie est prévue pour l’automne 2021.

Je n’ai jamais été attiré par la franchise Chair de poule, que ce soit en livres ou en série télévisée. Néanmoins, je lui reconnais sans peine son aspect culte auprès de nombreux lecteurs. De ce fait, on comprend aisément les espoirs et les motivations de Disney vis-à-vis de ce projet d’adaptation. La compagnie mise sur une anthologie illustrée plutôt confidentielle mais aux histoires variées pour faire ressentir des frissons gentillets aux spectateurs, comme avait déjà su le faire la collection littéraire horrifique de R.L. Stine à la fin des années 90.

– Comixology dévoile un nouveau titre de sa gamme Originals, dont l’adaptation en série est déjà actée : Sur le service d’achat et de lecture numérique détenu par Amazon, les utilisateurs peuvent acheter des mangas, des bandes dessinées franco-belges et des comics. Pour ces derniers, il est possible d’acheter des volumes entiers mais aussi de suivre les sorties hebdomadaires et de se procurer directement des issues à l’unité.

Parmi son catalogue, Comixology propose aussi des titres originaux réunis sous la bannière Comixology Originals. Parmi ces histoires exclusives, nous pouvons relever Afterlift de Chip Zdarsky, Quarter Killer de Vita Ayala ou encore Super Freaks du couple français Elsa Charretier-Pierrick Colinet.

Le dernier titre en date à avoir rejoint cette collection, disponible à l’achat et inclus dans les abonnements Amazon Prime, via Prime Reading, comiXology Unlimited et Kindle Unlimited, s’intitule Youth. Il réunit la même équipe créative qu’Olympia publié par Image Comics, c’est-à-dire le scénariste Curt Pires (The Forevers, Wyrd), l’illustrateur Alex Diotto (Skip to the End), le lettreur Micah Myers (Wyrd, Heavy Metal) et le coloriste Dee Cunniffe (Runaways, Redneck).

Les quatre chapitres de l’intrigue, sortant chaque semaine depuis le 12 mai, donne à suivre un couple queer de deux adolescents fuyant leur quotidien oppressant pour découvrir un nouveau monde et pour apprivoiser leurs pouvoirs.

Ce remaniement du concept de super-héros dans l’optique de promouvoir l’inclusivité et la tolérance comporte un large potentiel qui n’a pas échappé à Amazon. En effet, la firme a de la suite dans les idées vis-à-vis de Youth puisqu’une adaptation en série télévisée est déjà en chantier chez Amazon Studios. Curt Pires se charge d’adapter son ouvrage tandis que Patrick Moran, l’ancien président d’ABC Studios, supervisera le projet en tant que producteur exécutif. En parallèle de cette transposition sur un autre médium, une deuxième saison en comics a déjà été annoncée.

– Brian Michael Bendis crée le Gold Lantern pour sa Légion des Super-Héros : Le scénariste d’Ultimate Spider-Man, Powers et Alias s’est offert le luxe d’agrémenter le spectre émotionnel d’une nouvelle couleur. Après les Green Lanterns, les Black Lanterns ou les White Lanterns, vous pourrez découvrir le Gold Lantern dans la sixième issue du titre Legion of Super-Heroes scénarisé par Brian Michael Bendis et illustré par Ryan Sook (The Spectre, Arkham Asylum Living Hell).

L’anneau de puissance doré est alimenté par le bonheur et la joie des membres du Gold Lantern Corps, de quoi réchauffer le cœur des Hommes et rappeler malgré eux la célèbre chanson de Pharrell Williams, Happy… Ne me remerciez pas, je sais que vous l’avez en tête désormais. Ce nouveau héros commencera ses aventures au sein de la nouvelle légion repensée par Bendis à partir de juin 2020, et je dois dire que son design m’intrigue assez pour avoir envie d’y jeter un coup d’œil !

Le soixante-septième épisode de Wade-Actu est désormais terminé ! J’espère qu’il vous aura plu. Même si je préfère éviter d’aborder des rumeurs fumeuses, surtout en tant que news principales, j’ai essayé de varier les plaisirs pour une fois, d’alterner entre gros projets d’adaptations et créations originales à soutenir financièrement. En tout cas, je prends toujours autant de plaisir à me renseigner et à vous parler de tous ces sujets ! Je souhaite sincèrement qu’il en soit de même pour vous. Sur ce, je vous dis à bientôt pour de prochains articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.