[Review] Egregor : Le Souffle de la Foi

[Review] Egregor : Le Souffle de la Foi

Hello les jeunes, aujourd’hui nous allons parler d’Egregor publié chez Meian Éditions. En guise d’introduction, signalons qu’une première version du premier tome d’Egregor avait déjà été publiée chez Meian. Néanmoins, cette première mouture n’a jamais eu de suite. Cela dit, il semble que cette remise à zéro ait été bénéfique pour la série en général, et c’est ce que nous allons voir plus longuement durant cette critique ! Egregor se présente comme une histoire de Dark Fantasy imaginée et scénarisée par Jay Skwar, un jeune auteur français. Le dessinateur quant à lui est Kim Jae Hwan que vous avez peut-être déjà croisé pour son travail sur les manga Warcraft Legends et Warcraft : Puits Solaire. Si vous allez y jeter un œil, vous vous rendrez compte qu’il s’agit d’un artiste top level ! L’artiste maîtrise totalement le genre Médiéval-Fantastique, c’est donc tout naturellement qu’il se retrouve aujourd’hui à travailler sur Egregor ! Meian nous a d’ailleurs fait parvenir un superbe kit-presse que nous nous attendions pas à recevoir ! C’est très gentil de leur part et je souhaitais donc les remercier ici, même si j’aurai fini par acheter ce manga qui m’intéresse tout particulièrement.

Synopsis :

Foa est un jeune forgeron qui aspire à créer des lames exceptionnelles afin que les chevaliers Égides puissent protéger le peuple comme il se doit. Mais le jour où son village est menacé par une “moisson”, ces tueries de masse perpétrées par les sanguinaires Faucheurs, le destin semble indiquer à Foa que le temps est venu pour lui de prendre les armes…

Mon avis :

Maintenant que le cadre est posé, commençons donc cette critique ! Je partais avec pas mal d’a priori étant donné que j’avais lu la première édition de ce manga que j’avais d’ailleurs aimée auparavant. Le thème et l’univers abordé dans la première itération m’intéressaient énormément, c’est donc naturellement que je vous en parle une nouvelle fois sur le site. Pour autant, ne cherchez pas les anciens articles, ils ont été “dépubliés” afin de laisser la part belle à cette nouvelle version toute neuve et pleine de promesses ! Toutefois, je m’attendais à y retrouver une histoire similaire en tout point ou du moins un décalquage à peu près identique. De ce fait, je craignais de n’être aucunement surpris en lisant ce nouveau tome 1. Mais que nenni, j’ai été surpris, étonné et tout ça très positivement ! La première version m’avait déjà beaucoup intéressée et intriguée, mais ce renouveau se révèle tout à fait remarquable. Dès le début, le ton est donné : violence, gore, sang, nous sommes bel et bien dans de la Dark Fantasy pure et dure. La menace principale est clairement identifiée dès les premières pages, le monde vit dans une terreur totale. A chaque crépuscule précédant une pleine lune, les “Faucheurs” viennent perpétrer une moisson et éradiquer un village voire une ville entière. Pendant la nuit, les cadavres sont récupérés sans que nul ne sache pourquoi mais il s’agit très probablement d’un sinistre dessein qui se profile à l’horizon. Le développement de certains personnages se montre bien plus poussé, j’ai d’ailleurs particulièrement aimé Almace, l’égide du village, son protecteur, qui est particulièrement bad-ass. Il dispose d’un pouvoir considérable grâce à son implant neural en plus de son bouclier-fourreau et de son épée ! Si je souligne mon appréciation pour Almace, c’est pour la simple et bonne raison que ce personnage n’existait tout simplement pas dans la première version ! Cet ajout notoire montre l’envie de changement et cette volonté d’apporter de la nouveauté à un univers dont les bases sont ici redéfinies, tout ça dans un souci d’amélioration. Il n’est d’ailleurs pas la seule modification remarquable, puisque c’est également le destin global de nos quatre jeunes héros qui change totalement !

Egregor fait également la part belle à l’action, très présente tout au long du tome, et ce n’est pas pour me déplaire. Là encore, grâce à l’équilibre trouvé entre action et narration, l’histoire se montre prenante et très peu entrecoupée de dialogues qui pourraient nuire au rythme et à l’immersion. Le scénario n’en ressort pourtant pas amoindri, même si la fin laisse très clairement le lecteur sur la faim. Il me tarde clairement d’en savoir plus sur l’avenir de nos jeunes héros et en particulier de Foa, qui n’est clairement pas un simple forgeron !

Le style de Hwan, pourtant loin des standards utilisés dans des manga de ce type tels que Berserk ou Bastard par exemple, colle étonnamment bien au genre et permet même de représenter des scènes de combat de manière très fluides et dynamiques, dignes de grands seinen avec un graphisme très contemporain. Les illustrations présentent même parfois un côté mignon sur certaines expressions faciales ! Au final, ce style se révèle polyvalent, très efficace et parfaitement adapté à l’univers médiéval fantastique d’Egregor ! Hwan dispose, selon moi, d’un talent tout particulier pour rendre ses personnages héroïques vraiment bad-ass à l’aide de poses et d’expressions faciales qui en imposent ! De ce fait, les sentiments et les émotions sont très bien retranscrits sur les visages des personnages. Mais ce n’est pas tout ! Les sorts et leurs effets se révèlent très beaux également, et on sent ainsi que le monsieur a déjà travaillé sur les mangas Warcraft auparavant !

L’histoire a connu de nombreux ajustements et de modifications qui la renforcent à mon sens dans cette nouvelle mouture. L’intrigue devient beaucoup plus appréciable, d’autant que la magie et le fantastique profitent d’une place encore plus prononcée qu’avant ! Nous avons ici un très bel exemple de manga de Dark Fantasy qui promet en plus beaucoup de belles choses pour la suite. J’en attends donc énormément tant ce premier tome m’a subjugué et convaincu !

Je tiens à féliciter Jay Skwar et Kim Jae Hwan pour leur travail sur cette œuvre véritablement nouvelle, ainsi que Meian pour la superbe édition qui est proposée pour ce premier tome : une belle couverture avec titre argenté et les 8 premières pages entièrement en couleurs de toute beauté viennent magnifier le tout !

Pour conclure, Egregor : Le Souffle de la Foi se présente comme une très bonne entrée en matière pour découvrir un univers sombre et violent caractéristique de la Dark Fantasy. Il me tarde vraiment d’en lire la suite tant cette introduction s’est montrée prenante et pleine de surprises. J’espère que la suite continuera d’évoluer dans cette direction.

Désormais terminée, j’espère que cette review vous aura plu ! Je vous dis à bientôt pour de nouveaux articles ! ^^

4 pensées sur “[Review] Egregor : Le Souffle de la Foi

  • février 19, 2019 à 20 h 49 min
    Permalink

    Un grand merci 🙂 Quel plaisir de lire cette critique 😊 Pas seulement pour le côté positif, mais pour certains points développés très judicieusement. Vos avis sont plus qu’importants, pour Kim et Jay qui s’attellent en ce moment à finaliser le tome 2 😉 Rendez-vous au tome 2 🔥

    Répondre
    • février 23, 2019 à 13 h 45 min
      Permalink

      Un grand merci à vous pour votre gentillesse et pour votre travail d’édition ! Et félicitations aux auteurs :3

      Répondre
    • février 26, 2019 à 23 h 13 min
      Permalink

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.