[Wade-Actu #66] Netflix établit un partenariat avec BOOM! Studios, Sam Raimi réalisera Doctor Strange 2 : Les news de la semaine du 13 avril 2020 !

[Wade-Actu #66] Netflix établit un partenariat avec BOOM! Studios, Sam Raimi réalisera Doctor Strange 2 : Les news de la semaine du 13 avril 2020 !

Bonjour à toutes et à tous, je suis ravi de vous retrouver pour ce soixante-sixième numéro de Wade-Actu ! J’ai bien conscience que les news que je vais traiter ici même remonte au mois dernier, ce qui n’est pas optimal je vous l’accorde. Si le confinement nous empêche de sortir, il ne peut geler nos vies indéfiniment. Métamorphosés en devoirs personnels à faire chez soi, mes examens conservent toutefois leur caractère chronophage. Néanmoins, je compte bien traiter l’actualité comics de la semaine du 13 avril dès à présent avec vous !

J’espère que vous saurez faire preuve de compréhension, d’autant plus que les informations contenues dans ce numéro ne s’avèrent heureusement pas caduques même maintenant. Et puis, d’ici quelques semaines, rien ne pourra plus me dévier de ce loisir qu’est la rédaction d’articles pour ce blog. Sans plus attendre, commençons cette synthèse informationnelle avec le nouveau partenariat de Netflix lié au monde des comics !

– Netflix établit un partenariat avec la maison d’édition BOOM! Studios : Il était certain que l’acquisition de Millarworld, la maison d’édition de Mark Millar, ne suffirait pas à assouvir la quête insatiable entreprise par Netflix à la recherche de matières premières à adapter sur sa plateforme de streaming. La compagnie a déjà établi des partenariats avec IDW, notamment pour des shows Locke & Key et October Faction, et Dark Horse Comics, afin d’adapter entre autres The Umbrella Academy en série, mais il lui en fallait plus.

C’est pourquoi Netflix a signé un contrat d’envergure avec l’éditeur BOOM! Studios. L’entreprise de SVOD dispose désormais d’un accès total au catalogue de la maison d’édition, en prévision de futures adaptations animées ou en prise de vues réelles des titres qui y figurent. La série Dark Crystal : Age of Resistance, tirée de la franchise de Jim Henson, et le futur film The Unsound réalisé par David F. Sandberg constituaient déjà des preuves de la relation féconde qu’entretiennent les deux sociétés.

Vu le catalogue fourni de BOOM! Studios, décrit comme l’un des plus conséquents en dehors des Big Two, Netflix a vraisemblablement trouvé un allié de choix pour mener sa lutte contre le mastodonte Disney+. Il ne reste plus qu’à espérer que la firme fasse les bons choix et adapte judicieusement les titres de la maison d’édition. Cette nouvelle m’a immédiatement fait fabuler au sujet d’hypothétiques séries d’animation tirées de l’excellent Once & Future de Kieron Gillen ou de Folklords de Matt Kindt. Ces projets sauraient, à mon sens, faire le bonheur des connaisseurs autant que celui du grand public puisque les deux comics fondent leur intrigue sur des légendes connues. Des séries animées estampillées Lumberjanes ou Giant Days seraient également bienvenues pour combler des spectateurs de tous âges ! Enfin, puisque l’espoir fait vivre, peut-être que Netflix pourrait exhumer l’ambitieux long-métrage Mouse Guard de Wes Ball, annulé par Disney après le rachat de la Fox… Quoi que nous réserve l’avenir, l’entreprise dispose d’une véritable mine d’or pour alimenter sa plateforme en contenus issus de comic books intéressants !

– Sam Raimi réalisera bien Doctor Strange in the Multiverse of Madness : La rumeur avait pris tellement d’ampleur qu’elle avait été assimilée par beaucoup de personnes. Pourtant, rien n’officialisait l’arrivée de Sam Raimi, le réalisateur des trilogies Evil Dead et Spider-Man, en tant que remplaçant de Scott Derrickson sur le projet Doctor Strange in the Multiverse of Madness. Il aura fallu attendre une conversation entre le cinéaste et le site Comingsoon.net au sujet de sa série horrifique 50 States of Fright, prochainement diffusée sur Quibi, pour qu’il confirme la chose.

Durant l’échange, la référence à Stephen Strange placée par Raimi dans une conversation entre J. Jonah Jameson et Ted Hoffman dans son Spider-Man 2 fut évoquée. Il en profita alors pour exprimer sa sympathie pour le personnage, avant d’évoquer qu’«il n’avait pas la moindre idée qu’il ferait un jour un film Doctor Strange. […] Je dois dire que j’aurais aimé être suffisamment clairvoyant pour prédire que je serais impliqué dans le projet.»

Les prochaines aventures du Sorcier Suprême seront donc bel et bien chapeautées par l’un des réalisateurs qui a démocratisé le genre super-héroïque au cinéma dans les années 2000. Je suis curieux de voir ce que pourra apporter ce réalisateur reconnu, notamment pour avoir officié sur des films de super-héros, au Marvel Cinematic Universe dont la production paraît de plus en plus industrielle, rationalisée, formatée. Peut-être saura-t-il démarquer cette suite par une hybridation franche et assumée avec l’horreur, ce que Derrickson ne sous-entendait qu’à demi-mot. Le film a encore le temps de faire parler de lui avant sa sortie, à nouveau reportée, du 5 novembre 2021 au 25 mars 2022.

– Une série Justice League Dark produite par J.J. Abrams verra le jour sur HBO Max : Deadline révélait en janvier dernier que Bad Robot, la société de production de J.J. Abrams et de sa femme Katie McGrath, développait des projets de films et de séries autour de la Justice League Dark dans le cadre d’un partenariat avec Warner Media. Le projet éponyme se concrétise désormais sous la forme d’une série sur l’équipe liée aux pouvoirs occultes et au paranormal. Cette adaptation sera accueillie par la plateforme de streaming HBO Max, comme tous les autres projets audiovisuels actuellement en chantier chez Bad Robot pour Warner.

Aucune information concrète n’a été donnée sur le contenu de la série, ni même sur les personnages qui composeront la Justice League Dark à l’écran. Il y a fort à parier que les principaux membres de l’équipe, établis lors de sa création en 2011 et dont font notamment partie Deadman, Zatanna et John Constantine, seront privilégiés. D’ailleurs, même s’il l’a déjà incarné dans l’Arrowverse, Matt Ryan ne devrait vraisemblablement pas reprendre son rôle de Constantine, pourtant apprécié des fans, pour cette nouvelle série. Le réalisateur de Super 8 ayant probablement sa propre vision du groupe magique et du personnage, il cherchera très certainement à se démarquer des anciennes incarnations de Constantine.

En tenant compte de cette future série et de celles produites par Greg Berlanti, HBO Max risque de s’imposer comme la plateforme de streaming indispensable aux fans de DC Comics. Un peu comme… DC Universe. Ah merde.

– Un film Green Hornet en développement chez Universal : Le Frelon a le vent en poupe ces derniers temps ! Après le nouveau comics à son nom pour fêter son dixième anniversaire chez Dynamite, voilà qu’un projet de long-métrage à son effigie surgit ! La société Amasia Entertainment, fondée par Bradley Gallo et Michael Helfant, l’ancien président et directeur général de Marvel Studios, a acquis les droits d’adaptation du personnage en janvier dernier après une série d’enchères acharnées.

La dernière apparition de Britt Reid au cinéma remonte à 2011 dans The Green Hornet de Michel Gondry avec Seth Rogen, Jay Chou et Cameron Diaz dans les rôles principaux. Cette nouvelle itération cinématographique du personnage s’intitule The Green Hornet and Kato, ce qui souligne d’ores et déjà l’importance du duo en tant qu’entité indissociable. Le justicier masqué et son valet combattront visiblement côte à côte, sans que le sidekick ne soit relégué qu’à un simple rôle de faire-valoir.

Universal et les deux producteurs visent à moderniser le personnage quelque peu tombé dans la désuétude pour le rendre attrayant vis-à-vis d’un nouveau public, tout en faisant plaisir aux fans de la première heure. Ils ambitionnent aussi d’adapter le personnage au-delà d’un simple film live. Si le succès est au rendez-vous, peut-être qu’une trilogie autour du Frelon Vert aura lieu. Un univers partagé avec d’autres héros de pulp comme Doc Savage, le Lone Ranger, The Shadow ou le Fantôme pourrait hypothétiquement voir le jour, sait-on jamais… En tout cas, et comme souvent avec les adaptations de comics, les financeurs y voient un gros potentiel mercantile. Reste à voir si Universal et Amasia sauront embaucher les bons auteurs sur le projet pour aboutir à un script assimilant intelligemment l’héritage de la licence tout en parvenant à la dépoussiérer.

C’est sur ce projet audacieusement risqué que la première partie de ce numéro s’achève ! Il nous reste encore quelques informations à traiter, dont des détails concernant Thor : Love & Thunder. Alors c’est parti !

– Taika Waititi et Tessa Thompson parlent de Thor : Love & Thunder lors d’un direct Instagram : C’est lors d’un live Instagram pour parler de Thor Ragnarok que Taika Waititi, avec son invitée Tessa Thompson, l’interprète de Valkyrie dans le MCU, évoquèrent quelques succincts détails du quatrième film estampillé Thor. Le réalisateur de Jojo Rabbit réfuta l’apparition d’un love interest pour Korg, le Kronan qu’il incarne lui-même dans les films Marvel Studios. Néanmoins, le cinéaste à l’origine de Vampires en toute intimité compte bien explorer davantage la culture de ce peuple extraterrestre dans Love & Thunder. Il y fera aussi apparaître la race des Starsharks, des aliens ressemblant à des requins errant dans l’espace.

Le caractère excentrique et hautement humoristique de Ragnarok irriguera indubitablement sa suite. Il devrait même être décuplé si l’on en croit la description amusée que fait Waititi de la plus récente version du scénario : «C’est comme si des enfants de 10 ans nous avaient dit ce qu’ils voudraient voir dans le film, et que nous avions dit oui à tout !» Les fans de Thor 3 apprécieront donc très certainement Love & Thunder tandis que les spectateurs horripilés par son humour enfantin risquent de souffler d’exaspération face à la première blague puérile.

À titre personnel, l’aspect coloré et jovial de Ragnarok ne m’a pas dérangé même si la surabondance de gags entacha la menace que pouvaient représenter les antagonistes du film. Toutefois, en comparaison des deux films médiocres qui le précèdent dans la trilogie, il reste le meilleur film entièrement consacré au dieu du tonnerre produit par Marvel Studios et de loin. Concernant Love & Thunder, j’attends avec impatience de voir comment le long-métrage va procéder à la montée en puissance du personnage de Natalie Portman en déesse du tonnerre, de Valkyrie, devenue la souveraine d’Asgard, et à la mise en retrait du personnage de Chris Hemsworth. Il faudra attendre le 18 février 2022 pour pouvoir admirer Jane Foster reprendre la place laissée vacante par Thor ainsi que Valkyrie diriger New Asgard.

– Killadelphia adapté en série TV : Les comics sont devenus depuis des années une denrée privilégiée par les producteurs de contenus audiovisuels. Le moindre titre jouissant du plus humble succès d’estime peut faire l’objet d’une adaptation cinématographique ou télévisuelle. Mille et un exemples confirment ce constat, comme Bitter Root, Hadrian’s Wall ou Undiscovered Country pour ne citer qu’eux. Malheureusement, ces transpositions à l’écran deviennent si fréquentes que le public peut ne pas adhérer suffisamment vite à la proposition pour que les financeurs continuent de croire en leurs créations. Le cas de Bloodshot, bien qu’il soit un peu particulier à cause de la crise sanitaire qui a contrarié son exploitation en salles, ou des séries V-Wars et October Faction, toutes deux annulées après une unique saison, coïncident avec mes dires.

Tout ça pour introduire un énième chantier d’adaptation sur petit écran d’un roman graphique. L’heureux élu provient du catalogue d’Image Comics, j’ai nommé Killadelphia de Jason Shawn (Spawn) et Rodney Barnes (Falcon) ! Suite à l’enterrement de James Sangster Sr, son fils Jr poursuit la dernière enquête de son père assassiné, ce qui l’amènera à découvrir l’existence de vampires à Philadelphie.

Rodney Barnes, le scénariste de Killadelphia produira l’adaptation aux côtés de Levantine Films, la société de production qui a récupéré les droits télévisuels du titre. En plus d’avoir notamment écrit le comics précédemment cité et Lando : Quitte ou Double, Barnes a aussi travaillé en tant que scénariste et producteur sur plusieurs séries dont Runaways et American Gods. Le monsieur étant coutumier des mondes de l’adaptation et de la production, il y a de fortes chances que l’essence de son œuvre originelle se retrouve fidèlement retranscrite dans son équivalent sur petit écran !

Pour l’instant, le projet n’en est qu’à ses balbutiements et aucune autre information à son sujet n’a encore été divulguée, si ce n’est son existence. Le ton sombre et lugubre qui semble émaner du titre laisse présager la réalisation d’une série mature et prenante, mêlant ésotérisme et enquête policière.

– Un nouvel auteur et un spin-off pour le comics Sonic : Un changement majeur s’apprête à avoir lieu dans le monde des comic books autour du célèbre hérisson bleu. Ian Flynn, l’auteur le plus prolifique à son sujet, est en passe d’être remplacé. Après plus de 14 ans de loyaux services depuis son arrivée sur le titre anciennement édité par Archie Comics, Flynn a littéralement écrit des centaines de chapitres sur Sonic et ses amis. En plus des titres principaux sobrement intitulés Sonic the Hedgehog, l’auteur a aussi scénarisé des spin-offs. Relevons par exemple Sonic Universe, étendant l’univers de l’ancienne série Archie Comics, et Tangle & Whisper, une mini-série dérivée du titre Sonic the Hedgehog lancé par IDW en 2018.

À la manière de Sophie Campbell pour les Tortues Ninja, c’est l’artiste Evan Stanley qui reprendra totalement les rennes de Sonic the Hedgehog après la conclusion de la saga Metal Virus. Illustratrice sur beaucoup de chapitres du titre à la fin de l’ère Archie Comics, elle assura aussi la partie graphique d’une dizaine de numéros de la nouvelle série consacrée au personnage. À l’œuvre sur le dernier arc narratif imaginé par Ian Flynn, elle se chargera de raconter et de dessiner les aventures de Sonic à partir de l’issue 33 en juin. Sa première histoire narrera les pérégrinations menées par Sonic, Tails, Rouge et Shadow pour réparer Oméga.

Même si ce changement dans l’équipe créative du titre principal marque un cap dans la vie du personnage en comics, son auteur fétiche ne s’éloigne pas très loin de son protégé. En effet, en compagnie du dessinateur Jack Lawrence (Transformers : Lost Light), Ian Flynn scénarisera Sonic the Hedgehog : Bad Guys.

Dédiés à l’antagoniste principal de l’arc Metal Virus, les quatre chapitres de la mini-série raconteront ce qui arrive à l’ornithorynque anthropomorphisé après la résolution de l’histoire dans la série principale. Le Dr Starline se réfugiera dans une base abandonnée du docteur Eggman, son mentor et idole avec qui il entretient une relation semblable à celle de Syndrome et de M. Indestructible dans le film de Brad Bird.

En dépit de ce moment charnière dans l’histoire de Sonic sur papier, le hérisson semble être entre de bonnes mains auprès d’Evan Stanley. De plus, le saint patron de la mascotte de Sega continue tout de même d’explorer son univers de prédilection. Tout va bien pour le hérisson en comics donc !

– Le crossover entre Locke & Key et Sandman se précise : Légèrement certes, mais Locke & Key : Hell & Gone a refait parler de lui ! Lors du panel virtuel de la BookCon auquel était convié l’équipe créative de la licence, Chris Ryall, Joe Hill et Gabriel Rodriguez ont annoncé In Pale Battalions Go, un récit en deux parties servant notamment de prélude à la rencontre des deux univers oniriques d’IDW et de DC Comics. Pour dire vrai, le nom de l’arc narratif apparut la veille dans un tweet du dessinateur qui teasait déjà sa dernière incursion à Keyhouse.

Ils en ont aussi profité pour dévoiler la couverture du premier numéro et la première page de celui-ci, mise en voix pour l’occasion par les deux créateurs du titre !

BleedingCool a aussi partagé une capture d’écran à la qualité discutable de la page entière, permettant d’appréhender visuellement l’échange entre le jeune John Locke et le Colonel Q en pleine Première Guerre mondiale.

Une fois la révélation faite au monde entier, Gabriel Rodriguez continua sur sa lancée et s’en donna même à cœur joie. La majorité de ses previews furent relayées par Joe Hill afin de maximiser la portée de celles-ci et, accessoirement, de faire monter la hype des fans impatients.

Sa productivité sans failles poussa même l’illustrateur à partager une portion de la couverture du deuxième chapitre de Pale Battalions !

Même si je ne suis pas familier de l’univers imaginé par Hill et Rodriguez, ni même avec celui créé par Neil Gaiman, la réunion des deux œuvres m’intrigue autant que ce surprenant et ambitieux prologue. Sans date de sortie, il ne devrait pas tarder à voir le jour malgré la paralysie dont souffre actuellement le monde des comic books outre-Atlantique. Comme l’indique le fils de Stephen King dans sa newsletter, Locke & Key restera son seul projet de comics jusqu’à fin juin, de quoi l’avancer efficacement. Dans tous les cas, le crossover Locke & Key/Sandman est toujours prévu pour octobre 2020.

C’est sur cette rencontre d’envergure que s’achève le soixante-sixième épisode de Wade-Actu. Comme toujours, j’espère qu’il vous aura plu malgré son “léger” retard. Après tout, la notion d’actualité est relative hein, c’est comme tout… Enfin bon, je comprends tout à fait que vous soyez davantage friands d’informations fraîches, au moins autant que le poisson d’Ordralfabétix. Je ferai mon possible pour ne plus me retrouver dans cette position délicate, promis ! Quoi qu’il en soit, je vous retrouve très vite sur le blog, prenez soin de vous et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.